Le récap de la semaine – épisode 2

Qui dit retour de la WNBA dit retour du récap !

Comme chaque semaine, nous vous faisons un résumé des événements passés et à venir. Un condensé pour vous remettre à niveau si vous avez passé la semaine sur les plages ou au fond des bois.

Résultats de la semaine


Nos articles récapitulatifs de matchs

Classement provisoire


Actualisé après les matchs du 03/06/2024

Le match de la semaine


Las Vegas 80-66 Minnesota Lynx (29/05)

Une rencontre entre deux prétendants au titre, ça ne se refuse pas. Alors que Minnesota jouit d’une bonne dynamique depuis le début de saison, peut-être même plus qu’espéré, les Aces ont sans doute moins de marge que lors des saisons dernières. Attention, nous ne sommes pas en train de dire que Vegas est en difficulté, très loin de là. Mais le manque de rotation du à l’absence de Chelsea Gray limite les possibilités pour Becky Hammon, obligée de plus insister sur ses titulaires. L’opposition entre A’ja Wilson et Napheesa Collier sera d’ailleurs de très bonne facture. Mais c’est peut-être justement les joueuses de banc, Alysha Clark et Kate Martin en tête qui auront permis de faire la différence et de prendre de l’air en fin de match. Une rencontre plaisante à revoir en replay.

Bien consciente de ce “problème” de profondeur, les Aces y ont d’ailleurs répondu depuis en recrutant l’ancienne All-Star Tiffany Hayes.

La performance de la semaine


Diana Taurasi est éternelle. 31 points à bientôt 42 ans face aux Los Angeles Sparks

On a beau régulièrement se moquer gentiment de l’apport défensif de Diana, anecdotique du haut de ses bientôt 42 ans, mais ce qui est certain c’est qu’on est obligé de respecter la régularité et l’incroyable longévité offensive de cette légende. En l’absence de Brittney Griner, le Phoenix Mercury connait des difficultés à rester compétitif. Le tout en étant sous pression puisque le Front Office a fait pas mal de mouvements pour construire un 5 majeur plus que sérieux. Et la pression, Diana, elle la boit. Face aux Sparks, la vieille briscarde a vu l’occasion de saisir une jeune équipe assez inexpérimentée à la gorge pour essayer de grapiller une victoire précieuse.

Diana shoote, ce n’est un secret pour personne. On se demande même si elle n’aura pas toujours son shoot à l’ephad, à la fois rapide et soyeux. Mais quand les pourcentages sont là, comme dans cette rencontre, vous tutoyez les sommets. 31 points à 42 ans, c’est inédit pour toute personne ne s’appelant pas Diana Taurasi (elle en a mis 42 dans une rencontre la saison dernière).

Encore une fois, rien n’est officiel mais il est sur que les matchs de Diana commencent à être comptés. Au delà du foin qui entourent certaines autres joueuses plus jeunes de la ligue, n’oublions pas de profiter de ses anciennes légendes tant que nous le pouvons encore.

Focus


Washington Mystics : Gros tanking ou vraie fragilité

Avec un bilan de 0 victoire pour 8 défaites, Washington a actuellement battu son plus mauvais démarrage all-time. A l’exception du blowout face au Storm, les rencontres auront montré des Mystics valeureuses, qui tiennent une grande partie du match face à des adversaires bien plus armées, avant de finalement craquer en fin de parties. Certains observateurs pointaient là un tanking merveilleusement bien orchestré, permettant au staff et aux joueuses de travailler le contenu et les système tout en repartant avec la défaite et une bonne place à la draft en fin de compte.

Alors se pose la question. Les Mystics : tanking assumé ou de vraies limites pour être vraiment compétitifs ? Et bien sans doute un peu des deux. Tout d’abord il faut rappeler que l’équipe évolue sans Brittney Sykes, blessée, qui n’a pas encore eu la possibilité de lancer sa saison. Encore plus en son absence, Washington manque d’une joueuse capable de clore les rencontres. Par le passé, Elena Delle Donne était cette joueuse lorsque sa santé suivait, Emma Meesseman a pu l’être lorsqu’elle laissait son caractère discret au vestiaire, et dernièrement, Tasha Cloud l’a été également dans un registre plus de chef d’orchestre capable de faire les bons choix dans les moments chauds. Aujourd’hui, Ariel Atkins et Shakira Austin sont de formidables lieutenants, mais elles n’ont pas cette étoffe de go-to player. La première, à cause sans doute d’un caractère lui aussi trop discret, la seconde parce que son registre de jeu ne lui permet pas vraiment. La saison dernière, Brittney Sykes aura impressionné par son apport offensif et son playmaking, deux éléments assez inédit dans sa carrière. Elle pourrait prendre ce rôle de closing guy. Mais néanmoins, elle aura des limites dans cet exercice. Malgré sa magnifique progression, Sykes reste une joueuse en deçà des stars de cette ligue.

Reste que dans l’absolu, Washington ne vise pas vraiment les résultats sportifs. Au mieux, dans un scénario où Brittney Sykes revient rapidement et aide l’équipe à faire pencher les matchs du bon côté de manière plus récurrente, les Mystics peuvent viser au mieux un premier tour de playoffs. Et cela semble un plafond assez haut vu le retard déjà pris. Le GM Mike Thibault a précisé en début d’année que l’équipe était en reconstruction. Et même si celle-ci n’en est qu’à ses balbutiements, avoir un haut pick dans une draft 2025, qui devrait s’avérer très talentueuse, n’est pas une erreur. Sans doute le tanking de Washington n’est-il pas aussi volontaire que certains ne voudraient le croire mais il ne dérange pas fondamentalement le Front Office. Le processus est en marche mais il ne fait que commencer.

Le 5 majeur de la semaine


  1. Sabrina Ionescu (Liberty) : Cette saison, Sandy Brondello semble décidée à moins faire jouer Sabrina et Sloot en même temps. C’est donc Sab’ qui a le plus souvent les clés du camion et c’est plutôt une bonne décision. Cette semaine, New York a redressé la barre et Sabrina en a été une des pièces maitresses.
  2. Kayla McBride (Lynx) : A Minnesota, il y a évidemment Napheesa mais il y a aussi Kaymac. Avec la régularité qui la caractérise, elle permet une alternance de jeu parfaite pour l’effectif de Cheryl Reeve.
  3. Alyssa Thomas (Sun) : Que dire d’AT qui n’ait déjà été dit. Depuis le début de la saison, elle est la meilleure passeuse de la ligue, tout en opérant depuis son poste intérieur. Si on pondérait ses stats sur un temps de jeu “NBA”, elle serait en triple double de moyenne et son équipe est toujours invaincue. Elle constitue petit à petit son dossier pour le trophée de MVP avec, entre autres, un titre de joueuse du mois à l’est fraichement décerné.
  4. A’ja Wilson (Aces) : Voir “MVP de la semaine”
  5. Ezi Magbegor (Storm) : Aux côtés de Nneka, dont nous aurons sans doute l’occasion de reparler tant son début de saison est plus que sérieux, Ezi prend a coeur toutes les tâches de l’ombre, défensives surtout, avec 4,5 contres et 3 interceptions par match sur cette semaine.

Mentions honorables : Betnijah Laney (Liberty), DeWanna Bonner (Sun), Brionna Jones (Sun), Nneka Ogwumike (Storm)

MVP de la semaine


A'ja Wilson WNBA

MVP de la semaine

A’ja Wilson

Malgré qu’elle ait déjà gagné par le passé les trophées de MVP et DPOY par deux fois, il est raisonnable de se demander si A’ja n’évolue pas tout simplement au meilleur niveau de sa carrière.

Statistiquement, c’est un tout cas un fait. Rien que cette semaine, A’ja a tourné à 28,5 points, 12 rebonds et 4 contres par match. Athlétiquement, elle est une force que peu de joueuses peuvent égaler.

C’est finalement collectivement que les Aces peinent un peu plus qu’elles ne nous y ont habitué ces dernières saisons. La faute principalement à une rotation resserrée et à un petit manque de profondeur. Reste qu’individuellement A’ja a dominé sur ce début de saison, et en particulier cette semaine. Elle vient d’ailleurs d’être élue joueuse de ce premier mois de compétition à l’ouest.

Le match à ne pas manquer


New York @ Connecticut, samedi 8 juin à 19h

Encore une rencontre au sommet à une heure décente pour les européens. Parfait pour prendre l’apéro devant les exploits de Alyssa Thomas, DeWanna Bonner face à Breanna Stewart, Jonquel Jones et Sabrina Ionescu.


C’en est déjà tout pour ce récap. Rendez-vous mardi prochain pour en débriefer le prochain volet.

Soutenez Swish Swish sur Tipeee

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avoir le Swag Swag Ultime ?

Swish Swish Boutique

C’est l’occasion unique de soutenir votre site préféré et d’avoir le swag ultime. Et en plus les frais de port sont inclus dans le prix !