fbpx

La WNBA pour les nuls

Vous vous retrouvez sur Swish Swish sans trop savoir ce que vous y faites ? Vous suivez la NBA et vous aimeriez vous intéresser à son pendant féminin mais sans trop savoir par où commencer ? Nous allons essayer de vous guider en moins de 5 minutes chrono dans les méandres de la WNBA afin de vous garantir une entrée en douceur dans la ligue.

Mais avant toute chose, quelques règles de bienséance qui vous aideront à apprécier votre passage sur notre site 🤓

L’histoire

Pour vous résumer rapidement l’historique de la WNBA, que nous développons ailleurs en long en large et en travers, la première saison de la league s’est jouée en 1997 avec 8 équipes en lice. Les saisons ont toujours lieu entre mai et octobre, quand l’agenda sportif est moins chargé. Les matchs peuvent ainsi être diffusés en direct à la télévision.

Des 8 équipes originelles de la WNBA, seules 3 sont toujours dans la league sans changement de nom ni déménagement : il s’agit des LA Sparks, NY Liberty et Phoenix Mercury.

La WNBA entamera donc, en 2020, sa 23ème saison. Celle-ci sera sans doute impactée par le covid-19 mais demeure malgré tout une saison charnière puisqu’un nouvel accord a été signé concernant le salaire des joueuses.

Les légendes

Si vous connaissez sur le bout des doigts la vie et les stats de Bill Russel, Wilt Chamberlain, Kareem Abdul-Jabbar et toutes les grandes légendes de la NBA, par de raison de ne pas en faire de même pour la WNBA.

Actuellement, dans notre galerie des portraits, nous avons déjà plusieurs noms intéressants en magasin : Tamika Catchings, Swin Cash, Lauren Jackson, Lindsay Whalen.

Quelques autres patronymes indispensables à connaître pour toute personne qui s’intéresse à la W : Cynthia Cooper, Becky Hammon, Lisa Leslie, Ticha Penicheiro, Katie Smith, Sheryl Swoopes, Tina Thompson et Teresa Weatherspoon. La liste n’est évidemment pas exhaustive et nous travaillons d’arrache pied pour alimenter notre galerie des portraits.

Les règles & le style

Par rapport aux règles NBA, quelques différences existent. La WNBA se calque assez fort sur les règles de la FIBA. Vous pouvez évidemment consulter la bible des règles mais voici les 3 points principaux à retenir :

  • Les matchs se jouent en 4 quart-temps de 10 minutes
  • La balle est une taille 6, c’est à dire 72.4 cm de circonférence
  • La ligne à 3 points est à une distance de 6,75m (contre 7,23m en NBA)

Le style de jeu de la WNBA est évidemment différent de celui de la NBA. Moins athlétique et physique, même si on y dunke parfois, le jeu proposé est plus porté sur la dynamique d’équipe et la lecture de jeu. La défense est toujours un art pratiqué chez les femmes et on trouve beaucoup moins de jeu d’isolation que chez les hommes.

Organisation de la saison

Il y a actuellement 12 équipes divisées en 2 conférences : Est et Ouest. Les équipes se rencontrent entre 3 et 4 fois par saison.

A la fin de la saison régulière, les 8 équipes avec le meilleur ratio victoires/défaites s’affrontent dans un système de playoffs qui se jouent en 4 tours. Voici, pour l’exemple, le fonctionnement des playoffs de la saison 2016, fonctionnement toujours d’actualité :

Les 2 premières équipes de la league à la fin de la saison régulière sont donc dispensées des 2 premiers tours des playoffs et sont directement qualifiées à l’étape des demi-finales. La finale, elle, se joue au meilleur des 5 matchs.

Quelle équipe soutenir ?

Vous êtes passionné, vous avez besoin de vibrer en suivant une équipe ? Mais laquelle ! Plusieurs options pour vous choisir une équipe de ❤️

  • Le choix géographique : vos dernières vacances à NY étaient mémorables ? Le côté bling bling de Los Angeles vous éblouit ? Vous aimez les déserts arides de l’Arizona ? Choisissez une équipe installée dans une ville qui vous plaît. Nous avons, en magasin : Atlanta, Chicago, Dallas, Indianapolis, Las Vegas, Los Angeles, Minneapolis, New York, Phoenix, Seattle, Uncasville, Washington
  • L’alter ego NBA : vous regrettez la glorieuse époque des Seattle Supersonics ? Les Indiana Pacers ont une place particulière dans votre coeur ? Vous pouvez également choisir l’équipe qui va de pair avec votre franchise NBA préférée.
  • Le choix statistique : vous aimez gagner ? Vous avez envie de pavaner avec un t-shirt “Champions” à la fin de la saison ? Certaines équipes ont plus de titres que d’autres et comme la victoire appelle la victoire…
  • Le choix audacieux : vous aimez être là où on ne vous attend pas ? Vous n’aimez pas suivre les modes ni les tendances ? Certaines équipes, outsiders par excellence, vous tendent les bras.
  • Le choix patriotique : si vous êtes français(e) ou belge, certaines équipes s’imposent à vous. Nous y reviendrons dans le point suivant.
  • Le choix graphique : un logo vous a tapé dans l’oeil ? Vous vous imaginez déjà avec une casquette ornée du lynx de Minnesota ou de la skyline de Chicago ? Privilégier le swag n’est pas un crime 😎

Pour tout savoir sur les 12 équipes actuelles, consultez notre page dédiée au sujet et cliquez sur chacun des logos pour en savoir plus.

La patriotisme sinon rien

Depuis quelques années, la France et la Belgique sont plutôt bien représentées en WNBA. Pour cette saison 2020, 4 athlètes venant de nos contrées fouleront les parquets américains : Marine Johannès (NY Liberty) et Valériane Vukosavljević Ayayi (Connecticut Sun) pour la France, Emma Meesseman (Washington Mystics) et Julie Allemand (Indiana Fever) pour la Belgique.

En ce qui concerne les pionnières, Isabelle Fijalkowski a été la première Française à rejoindre les rangs de la WNBA lors de la saison inaugurale de 1997. Elle nous en a d’ailleurs longuement parlé dans une interview très intéressante. Pour la Belgique, c’est l’inévitable Ann Wauters qui a rejoint les Cleveland Rockers en 2001, devenant la première européenne à être numéro 1 de la draft.

Voici la liste des autres joueuses ayant joué en WNBA :

🇫🇷Isabelle Fijalkowski, Lucienne Berthieu, Laure Savasta, Audrey Sauret, Emmeline Ndongue, Emilie Gomis, Sabrina Palie, Edwige Lawson-Wade, Céline Dumerc, Sandrine Gruda, Bria Hartley, Valériane Vukosavljević Ayayi, Endy Myiem, Gabby Williams, Marine Johannès.

🇧🇪 Ann Wauters, Emma Meesseman, Hind Ben Abdelkaer, Kim Mestdagh, Julie Allemand.

Regarder, acheter, sortir les 💵

La meilleure manière de regarder la WNBA dans nos contrées lointaines reste sans conteste le League Pass, qui, pour un montant dérisoire (16,99$ pour la saison 2019), vous permet de suivre absolument toute la saison en direct et en différé.

Si vous avez la chance d’aller aux Etats-Unis entre mai et octobre, vous pourrez assister à un match sur place. Pour acheter vos tickets, le site Ticketmaster US propose des tarifs corrects. Soyez vigilant car certains sites proposent des frais de service astronomiques.

En ce qui concerne les achats de maillots, t-shirts ou produits de vos équipes et joueuses préférées, rien n’est encore disponible en Europe. La seule solution est donc d’acheter sur le store officiel de la WNBA. Des frais de port de 25$ sont à ajouter à vote commande ainsi que des frais de taxe et de douane… A noter que si vous êtes à NY, il existe un rayon WNBA au sein du célèbre NBA Store de la 5ème avenue. Le shop en ligne Breaking T propose de super t-shirts dérivés de la WNBA mais là encore, gare aux frais de douane qui peuvent sérieusement saler la note (testé et approuvé 😅).

Suivre la WNBA

Si vous n’êtes pas allergique à la langue de Shakespeare, suivre la WNBA sur les réseaux sociaux est évidemment une base. En français, l’équipe derrière WNBA France fait un travail formidable sur Twitter et mérite également vos follows, likes et abonnements.

Plusieurs sites spécialisés en basket proposent toutefois régulièrement du contenu intéressant sur le sujet : The Daily Dunk, Inside Basket, Basket Session, Parlons Basket pour ne citer qu’eux.

Et pour le reste ? Il y a Swish Swish !