Et la lumière fut… L’inégalité salariale se réduit enfin

Après plusieurs mois de négociations actives, et à quelques jours seulement du début de la Free Agency, la nouvelle est enfin tombée dans la journée : l’association des joueuses de la WNBA et la direction de la Ligue se sont mises d’accord pour l’adoption d’un nouveau contrat CBA (Collective Bargaining Agreement), qui sera effectif sur les huit prochaines années, des saisons 2020 à 2027.

WNBA Commissioner Cathy Engelbert and WNBPA President Nneka Ogwumike sat down with Robin Roberts on Good Morning America to announce the WNBA's groundbreaking new CBA.

Gepostet von WNBA am Dienstag, 14. Januar 2020

Les membres de la WNBPA et sa présidente Nneka Ogwumike l’avaient répété haut et fort depuis leur décision de ne pas renouveler les termes du contrat précédent — initialement prévu pour durer jusqu’en 2021 — en novembre dernier : des avancées majeures devaient être faites à tous les niveaux pour que les joueuses de la ligue de basket la plus compétitive au monde puissent continuer à exercer leur métier correctement, sans que leur intégrité physique et leur santé mentale ne soient mises en danger. Bref, les joueuses de la WNBA demandaient tout simplement à être traitées à leur juste valeur — et c’est dans ce sens que va le nouveau CBA.

 Alors, que prévoit ce nouveau contrat, le cinquième depuis la création de la ligue en 1997 ? On peut relever des avancées importantes sur cinq points principaux, qui étaient tous au coeur des revendications de l’Association des joueuses.

1. Des salaires revus à la hausse.

En première ligne des revendications des joueuses trônait bien évidemment la question des salaires. Alors que les joueuses les mieux payées de la ligue ne pouvaient jusqu’à présent toucher qu’un maximum de 117,500$, ces quelques joueuses du haut du panier pourront désormais gagner jusqu’à 215 000 dollars, soit près du double de leur salaire initial.

 Toutefois, ces quelques stars ne seront pas les seules à voir leurs salaires réévalués, même si l’augmentation sera sans doute moins significative pour les joueuses les plus discrètes : le plafond salarial par équipe augmentera en effet d’environ 30%, passant de 996,100$ en 2019 à 1,3 millions de dollars en 2020.

 Par ailleurs, l’ensemble des joueuses pourra désormais obtenir des compléments de salaire pouvant atteindre une somme s’élevant jusqu’à 300 000$ grâce à des bonus liés aux performance, à des prix qui se verront remis à l’occasion de nouvelles compétitions — à l’image de la Commissionner’s Cup, qui aura lieu pendant la saison de WNBA et se calquera le modèle des Coupes nationales organisées dans les championnats européens — ou encore grâce à des contrats publicitaires et des accords marketing.

2. De meilleures conditions de voyage

Autre point essentiel que prévoit ce nouveau CBA : l’amélioration des conditions de voyage pour les joueuses. Au cours des nombreux déplacements qui ont lieu pendant la saison, chaque joueuse pourra désormais jouir d’une chambre d’hôtel individuelle. Par ailleurs, la ligue sera désormais contrainte de mettre à disposition des joueuses des places d’avion leur garantissant un espace supplémentaire pour étendre leurs jambes, point pratique non négligeable dans une ligue où l’écrasante majorité des joueuses dépasse les 1m80. Enfin, le nouveau CBA prévoit que la possibilité de prendre des vols privés soit accordée aux équipes de façon plus fréquente quand cela se révèlera nécessaire.

3. Une meilleure prise en compte de la situation et des besoins des mères de famille

 Le statut des femmes enceintes et des joueuses ayant des enfants — sujet qui avait été longuement abordé par Nneka Ogwumike et Breanna Stewart sur les plateaux de The Player’s Tribune — connaîtra lui aussi d’importantes modifications. Difficile sans doute à entendre, mais pour la toute première fois seulement depuis la création de la WNBA, les femmes enceintes recevront une indemnité leur permettant de continuer à toucher l’intégralité de leur salaire pendant leur absence. Enfin, d’autres avancées matérielles — telles qu’une allocation annuelle de 5000$ ainsi que la certitude d’obtenir un appartement à deux chambres pour toute joueuse ayant un enfant — seront garanties.

4. Des opportunités accrues pendant la off-saison

Autre avancée importante : dans un effort de limiter la pression à laquelle les joueuses de WNBA soumettent leur corps en partant pour la plupart jouer overseas, en Europe, pendant la off-saison, la WNBA s’engage à offrir à ses joueuses des opportunités accrues pour travailler avec ses partenaires une fois la saison terminée, et ainsi leur éviter d’enchaîner sans cesse les saisons pour percevoir un salaire.

5. La mise à disposition de ressources professionnelles pour préserver la santé physique et mentale des joueuses

Enfin, le nouveau CBA prévoit la mise à disposition, aux frais de la ligue, de ressources de santé professionnelles pour l’ensemble des joueuses pendant et après la saison de WNBA. Les joueuses auront ainsi aussi bien accès, par exemple, aux conseils de spécialistes de la nutrition qu’à ceux de professionnels dans le domaine de la santé mentale, de quoi leur promettre, en somme, de conserver un esprit sain dans un corps sain.

Alors, que retenir, en définitive, de ce nouveau CBA ?

 Une chose est sûre : ce nouveau contrat CBA ne va pas tout changer d’un claquement de doigts pour les joueuses WNBA. Il ne les propulsera pas d’un seul coup sur un pied de parfaite égalité avec leurs homologues masculins, ni même ne leur permettra, par exemple, de prétendre à des salaires aussi importants que ceux que peuvent leur promettre les milliardaires russes à la tête des plus grosses écuries européennes…

Mais au moins a-t-il le mérite de faire un pas dans le bon sens, garantissant en réalité ce qui depuis longtemps aurait du être le minimum, à savoir, pour les meilleures joueuses de basket au monde, des conditions de vie et de travail simplement dignes de ce qu’elles sont.



Un commentaire sur

Et la lumière fut… L’inégalité salariale se réduit enfin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *