fbpx

Ptitecao, la GOAT du graphisme sportif

Si vous ne connaissez pas Caroline, sachez que la NBA, la FIFA, l’UEFA ou encore ESPN, eux, la connaissent 😎 Plus connue sous le pseudonyme de Ptitecao, la plus talentueuse des graphistes de l’hexagone a accepté de répondre à plusieurs de nos questions concernant son travail, la WNBA mais aussi le statut des graphistes et plusieurs questions “éthiques” concernant la profession. Micro !

Bonjour Caroline ! On commence à plutôt très bien te connaitre dans le milieu du graphisme sportif. Mais pour ceux qui ne te connaissent pas encore (Shame 🔔 Shame 🔔 Shame 🔔), tu peux te présenter brièvement ?

Caroline Blanchet aka Ptitecao, 33 ans et passionnée de sport. Je suis graphiste-illustratrice, installée près de Nantes. Il y a presque 6 ans, j’ai fait le choix de quitter mon poste de graphiste que j’occupais dans une agence  de communication, pour me lancer à temps plein en tant que Freelance et nouer mes 2 passions que sont le graphisme et le sport. Le début d’une aventure pleine de surprises qui m’a d’abord amenée à réaliser des créations personnelles pendant un long moment pour me faire connaitre, pour ensuite commencer à travailler sur des projets professionnels avec la FIBA, la NBA / WNBA, l’UEFA… 

Dans ton travail de graphiste, dois-tu parfois travailler sur l’image d’athlètes que tu apprécies moins et dans ce cas, est-ce plus difficile ? Ou tu peux vraiment faire la part des choses entre le boulot et tes gouts personnels ?

Excellente question ! Effectivement j’attache une grande importance à avoir un regard le plus neutre possible sur les joueurs / joueuses, ou équipes pour que mon travail soit le plus juste possible. C’est pour ça que lorsqu’on me demande quel(le) joueur/joueuse ou quelle équipe je préfère, je réponds souvent que je ne suis pas fan particulièrement de telle ou telle équipe… j’ai forcément des préférences mais j’essaye, en tout cas dans mon travail, que cela ne se ressente pas trop. Après sur des créas personnelles, cela peut m’arriver de me laisser prendre par l’affect et mes gouts persos.

As-tu le temps de suivre l’actualité des sports sur lequels tu bosses ? Par exemple, niveau WNBA, tu as parfois le temps de regarder des matchs ?

Oui bien sur, déjà parce que j’aime ça 😉 et je me dois de suivre l’actualité des sports pour mon travail. J’ai aussi besoin de me nourrir de ça pour trouver des idées. Et plus tu en sais sur ton sujet, meilleure est ta crédibilité quand tu dois “vendre“ un projet. J’ai beaucoup de mal à travailler sur des projets dont je ne connais que très peu de choses sur le sujet, j’ai le sentiment de ne pas être pertinente. Dans ce cas je vais m’efforcer à faire des recherches en amont pour en savoir le plus possible avant de commencer à plancher sur le projet.Je regarde évidemment la WNBA (basketball is life), cela m’arrive de regarder en live mais la plupart du temps en replay le lendemain matin (je me sélectionne les matchs que je veux voir). J’évite Twitter and co pour ne pas me faire spoiler les résultats et si je ne peux vraiment pas regarder, je vais scruter par la suite les stats, résumés…

 Et justement, en WNBA, quelle(s) équipe(s) te vendent du rêve ? Et au niveau des joueuses, quelles sont tes chouchoutes ^^ ?

Comme dit un peu plus haut, je ne me considère pas comme une “fan“ de telle joueuse ou telle équipe, j’ai une approche plus globale (boulot oblige), tant que le jeu (et le beau jeu) est là alors je suis cliente. Cette année, j’aime ce que propose le Lynx, une équipe jeune qui a vu beaucoup de changements. J’aime beaucoup les Mystics aussi, bon j’avoue parce que Kristi Toliver 🙂 pareil pour le Storm, Sue quoi !Je regarde pas mal les Aces, c’est intéressant, un recrutement assez dingue, à voir si cela peut aller jusqu’au bout. Et évidemment le Liberty, notamment pour voir Marine en mettre plein la vue aux ricains. En fait j’aime tout le monde… 🙂 je ne suis pas trop difficile. Encore une fois tant qu’il y a du basket…

Tu pourrais nous présenter ta réalisation préférée en rapport avec la WNBA et nous expliquer pourquoi ? Une explication d’oeuvre en quelque sorte 🤓

Et bien comme je considère que je n’ai pas fait assez de créas sur la WNBA, je dirais les prochaines 😉 notamment la série de portraits WNBA sur laquelle je suis en train de travailler. D’ailleurs, sur cette série, je suis agréablement surprise de voir la réaction positive des joueuses WNBA. D’un point de vue professionnel, la création que j’ai réalisé pour la WNBA quand Taurasi a été la première à passer les 8,000 points en carrière, petite fierté personnelle.

De façon plus générale, tu t’es déjà exprimée sur le sujet de la visibilité comme rémunération, un grand classique que toutes les personnes qui travaillent dans les métiers créatifs ont déjà pu expérimenter. Vois-tu une amélioration de la situation ces dernières années ? 

Oula sujet sensible… 🙂 Déjà pour répondre à la deuxième question, non je ne vois pas d’amélioration au contraire.
En fait c’est déjà compliqué entre créatifs d’être sur la même longueur à ce sujet, car on a pas tous la même situation au départ, entre ceux pour qui c’est un hobby (attention je n’ai rien contre hein) ceux qui font ça en plus de leur taff (j’ai commencé comme ça) et ceux pour qui c’est leur job à temps plein (c’est mon cas aujourd’hui).Forcément les avis divergent car la vison n’est pas la même à la base, du coup on se retrouve avec des gens qui considèrent que la visibilité qu’on leur donne est suffisante pour continuer et ceux dans mon cas pour qui ce n’est juste pas possible, car votre entreprise ne peut pas vivre de ça. Ca peut paraitre incroyable mais les banques, les fournisseurs, l’administration n’acceptent pas de chèque visibilité ou un beau maillot ou une belle paire de pompe comme moyen de paiement. Il faut bien comprendre la différence, quand c’est ton taff à plein temps, le but c’est de pouvoir pérenniser ton activité, ton entreprise et c’est le cas pour plein d’autres métiers dans le secteur, demandez aux photographes…
Donc oui ça me fout en colère quand je vois notamment des entreprises, marques mondialement reconnues mondialement, lancer un concours pour créer leurs logos ou autres supports de com’ et de te faire miroiter que d’avoir ton nom mentionné (encore heureux) et quelques cadeaux c’est bien payé.On parle aussi d’un métier en vogue, assez facile d’accès au niveau matériel, du coup on tire les prix vers le bas au max. Qu’il y ait de la concurrence ce n’est pas un problème au contraire mais arrêtons de faire croire que l’on ne fait ça que par passion. Non être graphiste professionnel et je dis bien professionnel, ce n’est pas juste faire un joli photomontage et le poster sur les RS en espérant récolter plein de likes, c’est surtout être capable de gérer un budget, un cahier des charges, un planning, présenter un projet, maitriser la chaine graphique… Bref être avant tout un entrepreneur indépendant avec toutes les responsabilités que cela implique.
Evidemment il faut être honnête on a tous besoin de visibilité surtout quand on commence, c’est le principe même de l’utilisation des réseaux sociaux. J’ai eu cette réflexion à mes débuts, dois-je accepter ce boulot sans rémunération ? et j’ai fais des erreurs, ça fait parti du parcours.Mais j’en suis arrivée au point de me dire, avec un peu d’expérience et de recul aujourd’hui, que la visibilité coûte que coûte ne t’apporte rien sur le long terme si ce n’est un sentiment d’autosatisfaction assez bref.Les projets pros que j’ai pu obtenir suite à des projets persos, sans forcément grande visibilité, ont fini de me convaincre qu’il vaut mieux toucher 100 personnes mais les bonnes plutôt que 10 000 + qui certes flattent ton égo pendant une journée mais qui ne parleront plus de ton travail ensuite. Alors mon cheval de bataille aujourd’hui ce n’est pas simplement de dire la visibilité ça craint, absolument pas mais plutôt de dire créez votre propre visibilité en travaillant sur des projets persos pour alimenter vos portfolios (c’est d’ailleurs ce que recherchent les clients, les agences…) et en vous éclatant sur des sujets qui vous plaisent. Ciblez les personnes que vous voulez toucher, en clair faites vous votre propre pub et n’attendez pas que ce soit les autres qui la fassent à votre place surtout si la carotte c’est “on te mentionnera“
Pour conclure à ce sujet il y a un tweet de @LeslieBoulay qui résumait bien la situation “le bénévolat est un truc que vous faites de votre propre initiative pour faire avancer UNE CAUSE qui vous parle ou vous touche. Ce n’est pas PAS bosser gratos pour avantager une ENTREPRISE“

Un autre fléau est la réutilisation d’illustrations sont aucun accord ni crédit. Je suppose que ça t’arrive de voir certains de tes visuels réutilisés sans te créditer, comment réagis-tu ?

Autre sujet sensible encore plus complexe peut-être. Au début je bondissais quand je voyais ça aujourd’hui avec un peu plus de recul je pense que nous devons aussi nous graphistes et autres acteurs de ce secteur, avoir un rôle pédagogique, c’est à dire expliquer aux gens que non, quand bien même c’est sur Internet tu ne peux pas utiliser une image, une création comme bon te semble. Je crois qu’il y a une vraie méconnaissance à ce sujet.Après il y a le vol des créations pour une utilisation commerciale notamment sur des sites chinois et là j’avoue que je n’ai pas les réponses contre ça. Un bon exemple c’est le combat de l’artiste Quibe face à cela.

Y a-t-il une question que tu souhaiterais que l’on te pose ? Si oui, laquelle et, cadeau de la maison, tu peux y répondre 🙂

On m’a posé une fois la question “Est-ce que c’est plus compliqué d’être graphiste dans le milieu du sport quand on est une femme ?“ et ma réponse est non pas forcément en tout cas je ne l’ai jamais ressenti, peut-être parce que c’est un métier qui permet d’abord de mettre en avant ses créations avant de vous mettre en avant vous. D’ailleurs, depuis que je me suis lancée, je ne compte plus le nombre de personnes qui pensaient que c’était un mec qui faisait ça et quand je leur ai dit “eh non je suis un nana“, je n’ai jamais eu le cas “ok ça va poser problème“. Alors les filles lancez-vous !

Enfin, pour conclure, quels sont tes projets ? J’ai entendu parler d’une boutique en ligne assez attendue, tu peux déjà nous en dire plus ?

Un peu de repos pour août d’abord, et après il y a plusieurs projets sur le basket et d’autres sports qui sont en cours mais dont je ne peux pas vraiment parler désolée. Et évidemment la boutique, mais c’est un projet totalement personnel donc qui prend du temps, beaucoup de temps et demande également un investissement financier. Je sais que pas mal de monde attendent les créas NBA notamment mais c’est compliqué à mettre en place d’un point de vue légal… car là aussi on ne peut pas faire ce que l’on veut. Du coup cette partie de la boutique va prendre encore plus de temps si j’arrive à la mettre en place, je n’ai d’ailleurs toujours pas de garantie à ce sujet. Donc difficile de donner une date précise d’ouverture, et je veux que cela reste un projet plaisir mais j’espère pouvoir au moins proposer des créations sur le basket (pas en lien avec la NBA) d’ci la fin d’année.

Ptitecao studio – Caroline Blanchet
Behance // Facebook // Twitter // Instagram // www.ptitecao.com



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *