Le récap de la semaine – épisode 1

La WNBA est de retour et elle ne s’arrête plus. La machine est lancée désormais et ne s’arrêtera qu’en octobre pour la tenue des Finales 2020. En attendant, chaque semaine sera l’occasion pour nous de vous faire un résumé des événements passés et à venir. Un condensé pour vous remettre à niveau si vous avez passé la semaine sur les plages ou au fond des bois.

Résultats de la semaine

Voir nos articles récapitulatifs de matchs

Classement provisoire

🔔 Actualisé après les matchs du 03/08/2020


🧐 Le match de la semaine : Aces 86-88 Sky (26/07)

Les Aces et le Sky, une rivalité qui ne demande qu’à s’affirmer match après match et qui se retrouvait donc, hasard du calendrier ou pas, en premier match de leurs saisons respectives. Et cette rencontre aura bien tenu toutes ses promesses.

Face à une défense intérieure assez approximative du côté de Chicago, les Aces en profitent pour bombarder allègrement la raquette et prenne l’ascendant sur la rencontre. Cette tendance ne sera pas démentie tout au long de la rencontre et on ne voit pas comment Chicago pourra s’en sortir.

Mais l’effectif de James Wade ne va jamais baisser les bras et s’accrocher et s’adapter pour ne pas se faire distancer. Et c’est sur un gros tir à 3 points en toute fin de rencontre qu’Allie Quigley vient clore les débats, comme un écho du tir de Dearica Hamby quelques mois plus tôt. A se refaire en replay si vous l’avez manqué.

Game Recap: Chicago vs. Las Vegas, July 26

The Chicago Sky went on an 11-0 run to end the game, lifting them over the Las Vegas Aces by a score of 88-86.Kahleah Copper: 18 PTS, 3 REBGabby Williams: 14 PTS (6-8 FGM), 7 REB

Posted by WNBA on Sunday, 26 July 2020

👉 Récap du match

La performance de la semaine

Bria Hartley vs New York Liberty (02/08) : 27 points, 5 rebonds, 4 passes, 2 interceptions

Plusieurs grosses performances ne sont pas passées inaperçue cette semaine. Pour notre part, c’est le match de Bria Hartley dans la soirée de dimanche que nous avons souhaité mettre en lumière. A l’intersaison, en provenance de New York, Bria avait signé un contrat max à Phoenix qui avait fait sourciller pas mal d’observateurs. Beaucoup critiquaient l’apport de la franco-américaine et mettaient en doute sa capacité à tenir le rang supposé par son salaire.

Insensible à ces critiques, c’est sur le terrain que Bria a décidé de répondre avec, en point d’orgue, le match de ce dimanche. Face à ses anciennes couleurs et un effectif du Liberty bien amoindri avec l’absence de Sabrina Ionescu, Bria a pris feu pour poser la bagatelle de 27 points dont une belle activité au tir à distance. Active également au rebond et à la passe, c’est une prestation très complète accomplie par la Bleue, le tout… en sortie de banc.

Parfait complément de Skylar Diggins-Smith et Diana Taurasi, Bria est bien présente pour faire du backcourt de Phoenix une machine à highlights.

Bria Hartley Records Career-High 27 PTS

Bria Hartley records a career-high 27 points to lead the Phoenix Mercury past the New York Liberty. #WatchMeWork

Posted by WNBA on Sunday, 2 August 2020

👉 Le récap du match de Bria Hartley

Focus : le Connecticut Sun dans le dur

A l’heure où nous écrivons ces lignes, le constat est alarmant. Le Sun pointe à la dernière place du classement avec 0 victoire pour 4 défaites. Malgré les départs de Jonquel Jones et de Courtney Williams, on s’imaginait bien les voir accuser un peu le coup mais pas se retrouver en lanterne rouge sans la moindre win. Le scénario n’est pas sans nous rappeler le nauffrage d’Atlanta la saison dernière, privé d’Angel McCoughtry et qui avait fini bon dernier.

Des motifs d’espoirs existent néanmoins. En premier lieu le duo Alyssa Thomas – DeWanna Bonner semble en forme et parfaitement complémentaire comme envisagé. Les deux ailières salissent la feuille soir après soir mais sont malheureusement bien seules. L’arrivée prochaine de Briann January devrait amener un bol d’air frais et, on l’espère ramener une dynamique plus positive à l’équipe de coach Miller.

Curt Miller qui pourrait bien vite voir pas mal de projecteurs se braquer sur lui si la situation ne s’inverse pas. Sa gestion des minutes (son duo Alyssa Thomas – DeWanna Bonner est à 37 minutes de moyenne chacune) est critiqué et on a vu plusieurs fois ses joueuses manquer de lucidité en fin de rencontre.

Pas question d’enterrer les finalistes 2019 et le coach de l’année 2017. Le talent et l’intelligence collective n’ont pas pu disparaître complètement. Il faudra toutefois ne pas traîner. Avec cette saison raccourcie, chaque victoire compte et le train des playoffs risque de passer très vite si le Sun ne se réveille pas très prochainement.

Le point sur les rookies

Grosse entrée en matière pour les principales rookies en vue de cette cuvée 2020. Ainsi, Sabrina Ionescu, Chennedy Carter et Satou Sabally sont chacune à créditer de grosses performances sur ces quelques jours de compétition.

Tout le monde retient son souffle après la blessure de Sabrina lors de son match face au Dream d’Atlanta. La cheville a vilainement tourné et, s’il ne semble pas y avoir de fracture, on attendra de savoir la longueur présumée de l’absence de l’ancienne d’Oregon. Un élément qui pourrait avoir son importance dans la saison de Sabrina et du Liberty dans son ensemble, tant l’équipe semble déjà en être dépendante.

Derrière ce trio de tête établi, nous sommes toujours dans l’attente des premières minutes sur les parquets de Lauren Cox avec Indiana. Suite à son test positif au covid, avant le début de saison, cette dernière est arrivée avec du retard dans la bulle. Elle a désormais rejoint son équipe et son intégration à l’effectif ne devrait donc plus tarder.

Enfin, notons tout de même également les débuts plus que positifs de Julie Allemand, également avec le Fever. Si son rôle au scoring a parfois été encore timide, elle a par contre démontré toute sa classe à la création, en battant le record d’assists pour une rookie de sa franchise avec 11 passes décisives dans la défaite face au Wings ce vendredi soir, avant de flirter avec le triple double dans la victoire des siennes face au Dream.

Rookie de la semaine : Sabrina Ionescu

Il n’a pas été facile de départager les rookies tant leurs performances ont été marquantes pour beaucoup dans l’ensemble. Celle qui a semblé crever l’écran d’entrée de jeu toutefois se nomme Sabrina Ionescu.

Sa première rencontre face à Seattle n’aura pas été de tout repos. Face à une équipe prétendante au titre et à une légende à son poste, Sabrina a été directement prise pour cible et subi une défense oppressante. Loin de baisser les yeux, l’ancienne d’Oregon a relevé le défi et toutefois réussi à poser quelques 12 points, 6 rebonds et 4 passes décisives.

Lors de son second match, face à Dallas, Sabrina éclate enfin de tout son talent. 33 points, 7 rebonds et 7 passes décisives. Il ne manquait que la victoire pour que Sabrina ne discute avec notre performance de la semaine.

Dernière ombre au tableau : cette blessure survenue alors qu’elle n’avait foulé le parquet que 12 minutes. Avec déjà 10 points à ce moment là, nulle doute que mademoiselle Ionescu était encore partie pour salir la feuille.

Le 5 majeur de la semaine

1. Julie Allemand (Fever) : Certains nous traiteront peut-être de chauvin mais regardons les choses en face. Julie Allemand bonifie le collectif d’une équipe d’Indiana qui arrive à proposer de belles choses sur le terrain. A la passe, son début de carrière est all-time pour une rookie et elle est déjà positionnée à la 3e place ex-aequo du classement des passeuses.

2. Betnijah Laney (Dream) : Le Dream a bien débuté sa saison et les performances de Betnijah n’y sont pas pour rien, comme ce dernier 30 points, 8 rebonds, 2 passes et 3 interceptions sur une équipe de New York démunie suite à la sortie de Sabrina sur blessure.

3. DeWanna Bonner (Sun) : Son bilan (0-4) a failli la tenir éloignée de ce 5 majeur mais son apport offensif est trop voyant pour qu’on puisse éviter d’en parler. Meilleure marqueuse de la ligue avec une moyenne de 27,5 points, DeWanna a réalisé sur ses 3 premiers matchs le 5e plus gros total de l’histoire sur un début de saison. Ne reste plus qu’à y ajouter quelques victoires.

4. Breanna Stewart (Storm) : On se demande toujours si Breanna Stewart sort réellement de blessure tant elle semble en forme sur le terrain. La MVP 2018 est de retour pour porter son équipe du Storm de la seule manière qu’elle connaît : en dominant.

5. Myisha Hines-Allen (Mystics) : voir “MVP de la semaine”

Mentions honorables : Courtney Vandersloot, Sylvia Fowles, A’ja Wilson

MVP de la semaine : Myisha Hines-Allen

Lors du premier match de la saison des Mystics, tout le monde attendait la grosse performance d’Emma Meesseman. Certains entrevoyaient la possibilité d’un coup de chaud d’Aerial Powers, Ariel Atkins ou Leilani Mitchell. Mais qui avait prévu que la joueuse qui prendrait le match à son compte serait Myisha ?

Voir son nom en tant que starter sur la feuille de match constituait déjà une petite surprise en soi. 24 points et 10 rebonds plus tard, l’ancienne de Louisville avait mis tout le monde d’accord. Et ce ne fut pas un coup de chaud isolé puisque depuis ses performances sont restées très solides.

Véritable couteau suisse, capable de défendre et de se battre au rebond (ça on le savait), de tirer de loin (on en avait eu un aperçu), mais également de remonter la balle, partir au drive après un cross et finir tout en toucher (ça on l’avait pas vu venir), Myisha représente une bouffée d’oxygène pour un secteur intérieur de Washington qui serait bien dépourvu sans elle. Joueuse la plus physique de l’effectif, on l’a vu tenir au poste sans aucun problème face à un calibre comme Natasha Howard, Myisha doit maintenant s’inscrire dans la longueur pour permettre au Mystics de s’accrocher à un haut de tableau que peu de gens leur prédisaient en début de saison.

Le match à ne pas manquer

🤩 Las Vegas Aces – Washington Mystics : nuit de mercredi à jeudi 2h00

Remake des demi-finales de 2019, cette rencontre devrait tenir toutes ses promesses entre une équipe des Mystics toujours très solide malgré ses absences et des Aces pourvues d’une armada impressionnante. On le sait, ces deux équipes ne s’apprécient guère et même si Liz Cambage ne sera pas présente pour exacerber cette rivalité, l’enjeu sportif devrait permettre de voir une belle opposition.

D’autant plus qu’il se passe toujours quelque chose pendant un Mystics-Aces. On se souvient ainsi de ce match interrompu pour cause de tremblement de terre ou des coups de chaud d’Emma Meesseman, encensée pour l’occasion par LeBron James et devenue depuis “Playoffs Emma”. On se rappelle également de la domination de Liz et de ses déclarations pleines d’amours en sortie de match (“Allez à la salle ou dégagez de la peinture”) et de la réponse qui suivra lors de l’élimination des Aces quelques jours plus tard avec les pompes réalisées en sortie de match par Tasha Cloud et … Myisha Hines-Allen.

Si Tasha et Liz suivront la rencontre de loin, Myisha sera elle en tenue et aura à coeur de gagner pour ses couleurs. En face, A’ja Wilson voudra, quant à elle, probablement faire oublier ses playoffs 2019 décevants et se racheter face à l’équipe justement qui l’a éliminée.


C’en est déjà tout pour ce premier récap. La saison WNBA vient tout juste de reprendre mais elle n’a pas attendu pour nous procurer déjà son lot d’émotions fortes. Rendez-vous mardi prochain pour en débriefer le prochain volet.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *