Nette victoire d’Indiana face à Atlanta, Julie Allemand confirme qu’elle est WNBA-ready

Indiana : Kelsey Mitchell : 23pts, 2rebs, 3asts • Candice Dupree : 21pts, 3rebs, 5asts •  Julie Allemand : 10pts, 7rebs, 9asts, 2stls
Atlanta :  Courtney Williams : 18pts, 3rbds, 4asts • Elizabeth Williams : 15pts, 6reb, 2asts  • Chennedy Carter : 15pts, 2rebs, 2asts

La deuxième confrontation de la soirée d’hier opposait deux équipes qui n’avaient pas réussi à se qualifier en playoffs la saison passée, mais qui cette année sont en passe d’améliorer leur performance. Avant le début de la rencontre, le Dream d’Atlanta, qui a déjoué de nombreux pronostics, est classé cinquième du classement général. Quant au Fever, il trône à la fatidique huitième place, dernière à être synonyme de qualification en play-offs.

Le départ est tonitruant pour Atlanta, qui inflige d’emblée un 10-0 au Fever. Monique Billings ouvre le score, rapidement suivie par Betnijah Laney qui s’illustre en contre-attaque et provoque des fautes dans la raquette. Côté Fever, l’adresse fait défaut : Kelsey Mitchell rate ses deux premières tentatives à trois points et Candice Dupree est elle aussi tenue en échec à mi-distance.

Mais ces quelques instants de difficulté passés, la réponse d’Indiana est nette et sans bavures, puisque l’équipe de Marianne Stanley reprend l’avantage en imposant un run de 13-0 au Dream. C’est la Belge préférée des Français, Julie Allemand, qui donne au Fever l’impulsion qui lui manquait. La jeune meneuse de vingt-trois ans s’illustre tout d’abord à mi-distance, puis elle enchaîne à trois points, en n’oubliant pas de servir sa coéquipière de légende, Candice Dupree, dans la raquette.

Le Fever ayant refait son retard, les deux équipes sont au coude à coude après un quart-temps. Teaira McCowann et Candice Dupree font le travail dans la raquette côté Fever, tandis que Courtney Williams (Dream) et Kelsey Mitchell (Fever) se répondent tour à tour derrière l’arc. À la faveur d’un layup marqué en fin de premier quart-temps, Julie Allemand offre une avance de sept points (23-30) à son équipe. Après dix minutes de jeu, la rookie d’Indiana livre une prestation plus qu’impressionnante : 8 points, dont deux trois points, 100% de réussite au tir, deux rebonds, deux passes décisives et deux interceptions en huit minutes de jeu.

Les deux équipes peinent un peu à retrouver leur rythme au début du deuxième quart-temps, mais Indiana prend de l’avance petit à petit. Tout comme Sue Bird, Diana Taurasi, ou encore Candace Parker dans les jours précédents, Candice Dupree montre que les légendes sont encore bien en jambe. Elle enchaîne ainsi tirs à mi-distance et séjours sur la ligne des lancers : les rookies n’ont qu’à bien se tenir ! En parlant de rookies, c’est bien l’une d’entre elles, la sensation Chennedy Carter, qui permet au Dream de rester dans la course en attaquant le cercle et en enchaînant les paniers dans la raquette. Candice Dupree, à 4/6 au tir, a beau continuer son show, Jaylyn Agnew permet au retard du Dream de passer sous la barre des dix points grâce à deux paniers primés réussis coup sur coup. Le Fever rentre au vestiaire avec une avance de huit points : 39-47.

Malheureusement pour le Dream, la tendance ne s’inverse pas au retour des vestiaires. Julie Allemand met du rythme et arrive à trouver ses coéquipières dans la raquette. Présente en contre-attaque, elle fait preuve du sang-froid nécessaire pour assurer ses finitions. Bien évidemment, l’âme de guerrière de Courtney Williams pousse l’ancienne joueuse de Connecticut à répondre présente pour son équipe. Aidée par Elizabeth Williams qui travaille dans la raquette et par Shekinna Stricklen qui artille à trois points, elle parvient à ramener Atlanta à 5 petits points d’Indiana (48-53).

Cela ne suffit toutefois pas pour inverser la tendance, surtout face aux quinze points d’une Candice Dupree qui continue son show. Ajoutez à cela l’impresionnante adresse à trois points de Kelsey Mitchell, et voilà le Fever qui mène à nouveau de neuf points à la fin du troisième quart-temps (58-67).

L’ultime période est à l’image du reste du match : Atlanta parvient à initier des runs et à revenir à quelques points du Fever à plusieurs reprises, mais à chaque fois, l’équipe de Marianne Stanley réagit et creuse à nouveau l’écart. Courtney Williams a beau continuer à monter en puissance, Dupree est fidèle à elle-même et la réussite ne la quitte pas. Les passes magiques de Julie Allemand à destination de ses coéquipières dans la raquette finissent d’enterrer les espoirs du Dream. Les commentateurs américains sont impressionnés par le niveau de la jeune Belge, qui après quelques matchs seulement, joue déjà comme si elle côtoyait les bancs de la ligue depuis des années. En plus de la trouver “très talentueuse” et d’affirmer que cette saison est “l’occasion pour elle de briller”, ils lui prévoient un “bel avenir” dans la WNBA. On peut dire que pour Julie, dont la performance du soir (10pts, 7rebs, 9asts), frôle le triple double, le pari est bel est bien gagné. Score final : 77-93.

Voir les moments forts du match

Kelsey Mitchell and Candice Dupree combine for 44 points to give the Indiana Fever a 93-77 win over the Atlanta Dream….

Posted by WNBA on Sunday, 2 August 2020


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *