Le récap de la semaine – épisode 2

Après une première entrée en matière sur les chapeaux de roue, la saison WNBA continue son chemin et en arrive déjà gentiment à son premier tiers. Comme chaque semaine, nous vous faisons un résumé des événements passés et à venir. Un condensé pour vous remettre à niveau si la chaleur de ce début août vous a embrouillé l’esprit.

Résultats de la semaine

Voir nos articles récapitulatifs de matchs

Classement provisoire

🔔 Actualisé en date du 11/08/2020


🧐 Le match de la semaine : Sparks 82 – 86 Aces (07/08)

C’était un des duels au sommet de cette semaine et il a tenu toutes ses promesses. Deux équipes promises en début de saison au haut de tableau, deux équipes à forte connotation défensive et de belles individualités. Le cocktail était complet pour nous offrir une belle rencontre de basket.

Privées de Nneka Ogwumike, les Sparks vont se reposer sur leur légende Candace Parker pour tenir le match. A maintenant 34 ans, CP3 nous montre qu’elle en a encore bien assez dans le moteur et finit la rencontre avec 20 points et 12 rebonds. Elle est bien aidée dans cette rencontre par la maestro Chelsea Gray et la révélation Sydney Wiese, respectivement à 16 et 18 points.

Sauf qu’en face, un duo à décidé qu’il s’agissait de SA soirée. Déjà très efficaces l’une comme l’autre depuis le début de saison, A’ja Wilson et Angel McCoughtry vont décider de passer la seconde de la machine à stats pour proposer une soirée à 50 points et 19 rebonds pour le duo. Si l’absence de Liz Cambage avait donné des sueurs froides à certains fans des Aces, A’ja et Angel, elles, n’en ont cure. Et comme Jackie Young et Dearica Hamby amenaient également leur petite pierre à l’édifice, c’est une victoire maîtrisée pour les Aces qui les installe désormais dans le 1er tiers du tableau.

Game Recap: Los Angeles vs. Las Vegas

The Las Vegas Aces defeat the Los Angeles Sparks behind big performances from their star duo.A'ja Wilson: 26 PTS, 11 REB, 2 BLKAngel McCoughtry: 24 PTS, 8 REB, 5 AST, 3 STL

Gepostet von WNBA am Freitag, 7. August 2020

👉 Récap du match

La performance de la semaine

Lexie Brown vs Indiana Fever (07/08) : 26 points, 6 rebonds, 9 passes, 4 interceptions

Nous en parlions récemment dans un article, les Lynx sont en train de déjouer tous les pronostics et trônent, à l’heure où nous écrivons ces lignes, en début de classement. Cette réussite peut être imputée, bien évidemment, au coaching toujours très juste de Cheryl Reeve ou à l’activité de Sylvia Fowles et Napheesa Collier. Néanmoins, cela ne pourrait suffire si une autre joueuse, passée sous le radar lors des précédentes saisons, n’était sortie de sa coquille.

Et ce vendredi, c’est Lexie Brown qui a décidé de se la jouer en mode “Franchise player”. Omniprésente dans tous les secteurs de jeu, elle a posé une ligne statistique positivement assez loin de ses standards et prouvé qu’en l’absence de certaines cadres (Odyssey Sims devrait réintégrer l’équipe prochainement), d’autres joueuses pouvaient prendre leur responsabilité. C’est une aubaine pour une équipe de Minnesota qui, contrairement à nos attentes de début de saison, est bien partie pour faire les playoffs et ne pas se contenter d’y figurer.

Lexie Brown Highlights: Fever-Lynx

26 PTS | 6 REB | 9 AST | 4 STLLexie Brown does it ALL, leading the Minnesota Lynx to the W! #WatchMeWork

Gepostet von WNBA am Freitag, 7. August 2020

Focus : Les Mystics trébuchent

Après avoir été les darlings de la première semaine, voici un retour bien dur à la réalité pour les Washington Mystics. Aucune victoire engrangée de la semaine et 3 défaites encaissées. Si le revers contre les Aces n’était pas inquiétant, au vu du calibre de l’équipe rencontrée et du contenu du match côté Mystics, la rencontre suivante face à New York fut d’un tout autre acabit. Incapable de faire bouger le ballon correctement, en délicatesse avec leur tir, les Mystics ont proposé une partition extrêmement dissonante en attaque pour finir avec un total de 66 points marqués, soit leur plus faible total depuis juin 2017. En interview d’après match, Mike Thibault qualifiera cette rencontre “d’une des, si pas la, rencontres les plus embarrassantes depuis qu’il a pris l’équipe en main”.

Ce retournement de situation peut sans doute trouver plusieurs explications. La première c’est sans conteste la profondeur d’effectif. Les Mystics ont pu faire la surprise sur les premières rencontres et cueillir à froid des adversaires qui ne s’y attendaient pas. Mais sur la longueur, le banc des Mystics les fait nettement souffrir. Alaina Coates et Essence Carson peinent à convaincre. Shey Peddy est sur courant alternatif, de même que Kiara Leslie qui, même si elle faisait déjà partie du groupe la saison passée, effectue là son année de rookie. Petite lueur d’espoir, Tianna Hawkins, en manque de rythme lors de ses 2 premiers matchs de reprise, a semblé plus en jambe dans la rencontre face au Fever. Mais c’est désormais Aerial Powers qui est gênée pas une petite blessure.

Lors de la première semaine, les Mystics nous ont prouvé qu’elles pouvaient toujours pratiquer un jeu de qualité, à tout le moins avec leur cinq majeur. Mais leur marge de manoeuvre est très limitée. Pour espérer ne pas sombrer, il leur faudra un effectif complet et une réussite au shoot optimale. Après l’euphorie de la première semaine et la gueule de bois de la seconde, il est désormais temps de se réveiller pour les joueuses du district afin de retrouver un peu de leur superbe.

Le point sur les rookies

En cette deuxième semaine de compétition, une absence se fait cruellement sentir parmi les rookies : Sabrina Ionescu. Sortie sur blessure lors du match du Liberty contre le Dream d’Atlanta, l’ex meneuse d’Oregon à regagné New York pour y recevoir un traitement adapté. Un départ de la Wubble qui marque probablement la fin de la saison pour Sabrina, même si aucune déclaration officielle n’a été faite en ce sens à l’heure où nous écrivons ces lignes.

Face à cette absence, le paysage s’est considérablement dégagé pour Chennedy Carter, responsable de très grosses performances durant cette semaine (voir “Rookie de la semaine”). D’autant plus que la 3e candidate principale au trophée de la meilleure débutante, Satou Sabally, accuse un peu le coup. Son équipe de Dallas gagne mais ses performances personnelles sont en deçà de son début assez prometteur. Elle reçoit néanmoins beaucoup de responsabilités au sein de son équipe et c’est très certainement un signe positif pour la suite, une fois que les choses se seront correctement mises en place.

Dans le sillage de ce trio, la 4e roue du carrosse, Lauren Cox, a enfin pu laisser derrière elle ce fameux covid et entamer pleinement sa saison avec le Fever. Ses débuts sont pour le moment très timides mais rappelons tout de même que ces problèmes l’ont empêché de bénéficier d’une préparation normale avec sa nouvelle équipe dans une nouvelle ligue. Au Fever toujours, Julie Allemand continue de prouver qu’elle mérite pleinement sa place au sein de la meilleure ligue au monde, avec des prestations en constante progression. Et ce, même si son équipe n’arrivent pas toujours à transformer ces prestations en victoires.

Comment enfin, ne pas mentionner les débuts de Crystal Dangerfield. L’ancienne de UConn, désormais sous les ordres de Cheryl Reeve (une transition qui a déjà fait ses preuves) a désormais sa place de titulaire au sein d’un effectif des Lynx qui déjoue les pronostics en trustant les premières places du classement. En point d’orgue de cette montée en puissance, sa fabuleuse performance à 31 points dans la défaite face aux Sparks.

Rookie de la semaine : Chennedy Carter

Les esprits chagrins diront que le bilan collectif du Dream cette semaine est mauvais. Mais le bilan personnel de Chennedy Carter sur cette période, si l’on omet le match d’hier où elle sort sur blessure, c’est 25 points, 2,7 rebonds, 4,7 passes et 1,7 interceptions. Ses deux premiers matchs se sont soldés par respectivement 26 et 35 points, face à des adversaires de gros calibre tant collectivement qu’à son poste (Skylar Diggins-Smith à Phoenix et Jordin Canada à Seattle).

La jeune meneuse a été comparée à son idole de toujours Allen Iverson et, force est de constater en regardant les images de l’un et de l’autre, que les similitudes sont nombreuses. Une capacité de drive et un handle élite. Une énergie et un feu intérieur inépuisable qui la pousse à aller au contact des grandes dans la raquette sans la moindre crainte. Et une envie de dégainer au shoot en permanence. Notons que ses pourcentages sont par contre nettement meilleurs que ne l’ont jamais été ceux de The Answer.

Ne lui reste maintenant plus qu’à cocher une dernière case pour s’inscrire dans la parfaite lignée de son modèle : Obtenir le trophée de Rookie de l’année. Au vu de l’absence de Sabrina Ionescu, c’est une voie royale qui s’offre à elle. Et cette semaine est un argument de poids à son dossier. Reste cependant à voir la gravité de sa blessure et la durée de son indisponibilité, qui pourraient évidemment avoir une importance capitale.

Le 5 majeur de la semaine

1. Courtney Vandersloot (Sky) : Elue joueuse de la semaine à l’est, Courtney Vandersloot continue à faire ce qu’elle fait de mieux : Mener à la baguette un des meilleurs collectifs de la ligue. Le Sky marche bien et sa maestro, largement en tête du classement des passeuses, en est une des raisons principales. Et malheur à celle qui voudra toucher à un cheveu de sa queen Allie. Sloot veillera toujours au grain.

2. Diana Taurasi (Mercury) : Dee vient de se blesser et c’est tous les amoureux de basket qui retiennent leur souffle en attendant de connaître la durée de son absence. Cependant, avant ce coup d’arrêt, Diana nous montrait qu’elle avait retrouvé tout l’éclat de son jeu, et en particulier son shoot incisif, pour porter les résultats du Mercury.

3. Breanna Stewart (Storm) : voir “MVP de la semaine”

4. A’ja Wilson (Aces) : En concurrence avec Breanna Stewart pour le MVP de ce récap, A’ja nous a encore montré cette semaine qu’en l’absence de Liz Cambage, elle était la patronne de cet effectif. Au scoring et au rebond, impériale à mi distance et dans la raquette, A’ja est partout et domine les débats. Une concurrente de choix pour essayer de contester la possible hégémonie de Stewie.

5. Candace Parker (Sparks) : Les Sparks soufflent le froid et le chaud mais se maintiennent toutefois sans trop de mal parmi les playoffables. Avec Nneka absente ou en difficulté, c’est Candace qui a pris les rênes, comme pour ce quasi triple double ce dimanche. Classic CP3

Mentions honorables : Chennedy Carter, Kelsey Mitchell, Angel McCoughtry, Sylvia Fowles, Brittney Griner

MVP de la semaine : Breanna Stewart

Peut-on officiellement demander à Breanna Stewart son bilan médical et vérifier que sa blessure a réellement eu lieu ? Au vu de ses récentes prestations, le doute est permis. Ne tournons pas autour du pot : Stewie à repris les choses exactement où elle les avait laissé en 2018. De la domination, de la polyvalence, et des victoires. Breanna est partout, comme dans cette victoires face à Atlanta où elle aura posé un petit 27 points, 8 rebonds et 3 passes accompagnés d’une interception et 2 contres, ou bien cette nuit où elle aura posé un problème insoluble pour l’effectif du Sky.

Leader sans contestation du Seattle Storm, actuellement en tête de la ligue, et titulaire de prestations individuelles de haute vollée, Breanna a d’ores et déjà mis une belle option sur le trophée de MVP. Au vu de la brièveté de la saison, ses concurrentes doivent se réveiller rapidement si elles veulent encore faire valoir quelques arguments.

Le match à ne pas manquer

🤩 Phoenix Mercury – Chicago Sky : nuit de mercredi à jeudi 3h00

La dernière confrontation entre les troupes de Phoenix et de Chicago ont accouché d’une petite pointe de sel avec en point d’orgue, les déclarations multiples de membres du Sky sur l’arbitrage défaillant et le tête à tête entre Allie Quigley et Diana Taurasi, sur base de mots doux.

Proposer un rematch à quelques jours d’intervalle, c’est donc s’assurer d’obtenir une rencontre sous tension. D’autant plus que les deux équipes se talonnent au classement et ambitionnent toutes deux de jouer le haut de tableau. L’absence probable de Diana Taurasi enlèvera malheureusement un peu de piment à la confrontation mais l’enjeu sportif reste le meilleur argument. Chaque équipe aura à coeur de s’assurer de la meilleure place possible en vue des playoffs. Avec la rapidité de la saison, chaque échec coûte cher. Défaite interdite !


Nous voilà arrivé au bout de ce deuxième récap de cette saison qui, malgré les circonstances, tient toutes ses promesses. Rendez-vous mardi prochain pour déjà débriefer la première moitié de régulière.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *