A’ja Wilson (26 pts) et Vegas remportent un gros combat contre les Sparks

Los Angeles : Candace Parker : 20pts, 11rbds, 4pds, 3ctres • Sydney Wiese : 18pts
Las Vegas : A’ja Wilson : 26pts, 11rbds, 2 ctres • Angel McCoughtry : 24pts, 8rbds, 5pds, 3stls

On ne nous aurait pas dit que ce Sparks-Aces était un match de saison régulière, on aurait clairement pu se croire en playoffs ! Los Angeles et Las Vegas ont livré une superbe bataille en clôture de la nuit avec une intensité et un niveau de jeu qu’on ne serait pas contre retrouver lors d’une affiche en post-saison.

Ce sont les Aces qui sont sorties victorieuses (86-82), mais L.A., même sans Nneka Ogwumike ni Seimone Augustus, est constamment resté dans le match et aurait parfaitement pu enchaîner enfin deux victoires de suite. Ce n’est toujours pas le cas et c’est en partie de la faute de trois anciennes n°1 de Draft : A’ja Wilson, Angel McCoughtry et Jackie Young.

Wilson a accéléré en deuxième mi-temps comme toute franchise player qui se respecte et s’est avérée incontrôlable pour les Sparks, notamment sur les petits shoots à mi-distance ou en tête de raquette qui sont l’une de ses armes les plus létales. Avec 26 points, 11 rebonds et 2 contres à 11/19, l’intérieure de Vegas a rassuré tous ceux qui s’inquiètent pour sa cheville. Quant aux autres qui se demandaient si elle serait capable de maintenir les Aces au haut niveau sans Liz Cambage, son début de saison se passe de commentaires…

McCoughtry avait elle activé le mode “vous aviez oublié que je suis une superstar de cette ligue”. Après deux sorties un tout petit peu moins tranchantes, l’ailière a sorti un match premium : 24 points, 8 rebonds, 5 passes et 3 interceptions, avant de plier le match sur la ligne des lancers. Angel a varié les plaisirs pour rappeler qu’elle avait déjà été la meilleure scoreuse de WNBA, mais aussi une membre régulière des meilleurs cinq défensifs. Lorsqu’elle est à ce niveau, personne ne peut imaginer affronter Vegas la fleur au fusil en playoffs. On parle souvent de la chance que l’on a de voir Diana Taurasi, Sue Bird et Candice Dupree en action en 2020. Voir Angel McCoughtry de retour après une saison blanche évoluer avec autant de classe et d’efficacité, même sous un autre maillot que celui d’Atlanta, c’est aussi un luxe incroyable.

Enfin, Jackie Young, assez irrégulière depuis le début de la saison malgré la belle entame de Vegas (4 victoires en 6 matchs), a peut-être été la plus clutch dans le money time. La sophomore a pris ses responsabilités alors que la défense de L.A. s’était logiquement concentrée sur A’ja Wilson et Angel McCoughtry. Son panier à 53 secondes du terme, en réponse à Chelsea Gray, a donné 5 points d’avance et le contrôle de a fin de partie aux Aces. C’est sans doute cette agressivité-là que Bill Laimbeer cherche à déclencher chez Young pour qu’elle se manifeste à chaque match et plus par à coups.

La belle histoire de Sydney Wiese

Du côté de Los Angeles, on a bien cru que ce match serait celui de Sydney Wiese. Titulaire pour la deuxième fois de suite, l’ancienne joueuse d’Oregon State continue de vivre une belle histoire cette saison. Wiese, qui n’avait pas inscrit le moindre panier en WNBA en 2019 et semblait promise au chômage technique durant l’été, a été époustouflante pendant une bonne partie de la rencontre. Que ce soit sur des drives, à 3 points depuis un corner gauche qu’elle affectionne particulièrement, ou simplement en perturbant l’adversaire par son énergie, Wiese a fait forte impression et a bouclé cette partie comme deuxième meilleure marqueuse de son équipe (18 points). Ce n’est que dans les dernières secondes du match que Candace Parker l’a dépassée. On n’a pas souvent loué Derek Fisher pour son coaching ou sa gestion des joueuses, mais ce qu’il parvient à tirer de Sydney Wiese ou de l’intérieure allemande Marie Gülich, ex-coéquipière de Wiese à Oregon State, est impressionnant.

Pour en revenir à Candace Parker, il faut là aussi reconnaître que la relation avec Fisher semble s’être améliorée après le couac des derniers playoffs. L.A. n’arrive toujours à gagner deux matchs de suite, mais “CP3” est lancée sur des bases extrêmement solides et on a retrouvé la all-around player de génie qu’elle sait être. Si on l’a vu frustrée par des coups de sifflet contrariants, Parker a signé son quatrième double-double consécutif (20 points, 12 rebonds, 4 passes et 3 contres) et a de nouveau eu un énorme impact sur son équipe. Ça ne s’est pas traduit par une victoire sur ce match, mais la dynamique est bonne de ce côté-là.

Les fans des Sparks ne peuvent néanmoins pas se contenter de performances encourageantes. La mi-saison n’est finalement déjà pas loin et Los Angeles doit se lancer sur une série pour prouver que le projet de gagner le titre quatre ans après est un projet crédible. Quoi de mieux pour ça que de sortir les griffes dans 48 heures contre Minnesota, le rival des années 2010, qui a pris un bien meilleur départ ?

Voir les moments forts du match

Candace Parker Highlights: Sparks-Aces

4th straight double-double for Candace Parker 👀 #WatchMeWork20 PTS | 12 REB | 4 AST | 3 BLK

Posted by WNBA on Friday, 7 August 2020


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *