There is a new sheriff in town 🤠

Depuis mi-juillet, la WNBA a une nouvelle commissionnaire et c’est plutôt une bonne nouvelle ! Cathy Engelbert a en effet pas mal de gros dossiers qui l’attendent mais elle semble avoir les épaules pour les gérer.

Son CV a déjà été décortiqué dans les détails mais si on doit le résumer en une ligne, disons qu’elle a été la première femme à diriger une entreprise du Big Four aux États-Unis. Ca vous plante le décor et les compétences de la dame. Si vous voulez la totale de ses références, n’hésitez pas à la suivre sur Linkedin ou encore Twitter.

Mais surtout, le petit plus de Cathy Engelbert, c’est qu’elle aime le basket, vraiment. Elle y a joué lorsqu’elle étudiait la comptabilité à l’Université Lehigh.

“Quand on a une passion pour quelque chose, et moi j’ai vraiment le basket dans mon ADN, il y a vraiment moyen de s’amuser. Je suis vraiment heureuse d’avoir pris ce job et cette opportunité, à ce moment-ci et dans l’élan actuel de la WNBA.”

Cathy Engelbert

Sa priorité est double : elle veut, d’une part, amener plus de gens dans les stades et d’autres parts, améliorer le statut très précaire des joueuses de la WNBA.

En ce qui concerne la fréquentation des stades, celle-ci décroit en effet alors que les audiences TV ne cessent d’augmenter. Il y a donc un travail de promotion à faire à ce niveau et s’inspirer de ce qui est fait en matière de foot féminin n’est pas une mauvaise idée. Relocaliser certaines équipes dans les stades décents est une autre bonne idée, coucou les Liberty bientôt installées à Brooklyn 👋🏻

Le statut des joueuses est un point épineux mais Engelbert en a conscience : “Je vais travailler sans relâche sur la question des voyages et des déplacements. Ce point sera négociée au sein de la convention collective.”

Les joueuses ont en effet annoncé sans surprise qu’elles quittaient la convention collective actuelle pour en renégocier une nouvelle avec, en ligne de mire, des salaires corrects et décents pour des sportives professionnelles de ce niveau. Encore une fois, Cathy Engelbert a conscience des revendications qui l’attendent et de la légitimité de ces dernières.

La nouvelle boss de la WNBA s’est accordé l’été pour voyager, rencontrer, discuter et dresser un état des lieux de la WNBA, ses forces et ses faiblesses. Après viendront les actes et les décisions. Et c’est exactement ce dont la WNBA a besoin : un leader qui aime le basket, qui prend le temps de comprendre pour ensuite agir dans l’intérêt des joueuses et donc de la ligue.

Go Cathy Go 🙌🏻



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *