fbpx

Fans des Lynx, Seimone Augustus est dans le même état que vous

Perdre la joueuse la plus emblématique de l’histoire de sa franchise est forcément un sentiment douloureux. Surtout quand on ne s’y attendait pas. On peut penser que les fans des Minnesota Lynx vivent un peu la même chose que ceux du Miami Heat lorsque Dwyane Wade est parti rejoindre les Chicago Bulls en 2016. Derrière le départ de Wade, il y avait cette envie de porter un jour le maillot de l’équipe de sa ville natale, même si c’était sur fond de fâcherie avec Pat Riley, son président. De quoi atténuer un peu la peine des Floridiens à l’époque. Pour Seimone Augustus, la donne est finalement assez différente.

Contrairement à “D-Wade”, Augustus ne rejoint pas “l’équipe de son coeur”, mais les Los Angeles Sparks, la franchise face à laquelle elle a livré quelques unes des batailles les plus acharnées de sa carrière. Si on n’est pas vraiment dans la détestation façon Celtics/Lakers entre les deux fanbases, c’est quand même ce qui se rapproche le plus d’une rivalité intense en WNBA sur la décennie écoulée. Même si Seimone Augustus ne peut plus porter une équipe sur ses épaules, la voir renforcer L.A. et son roster déjà bien garni au lieu de finir sa carrière à Minneapolis est forcément douloureux.

La quadruple championne WNBA et n°1 de la Draft 2006 a choisi de s’exprimer dans une vidéo pour éclaircir ce qui reste l’un des chocs de cette free agency pourtant pas avare en surprises. “Mone” n’y a pas caché son émotion et a voulu reprendre le contrôle de la narration des événements, tout en essayant de s’assurer que les fans des Lynx la comprennent un peu mieux.

Voici de longs extraits du post vidéo de Seimone Augustus sur son compte Instagram.

Des pleurs… et un manque de reconnaissance

“Ça fait deux semaines et je suis toujours en train de pleurer, p*****. Une partie de moi est toujours déboussolée et un peu frustrée. Les choses se produisent pour une raison et il y a toujours quelque chose de bon au bout du chemin. Qu’est ce que ce sera ? Je ne sais pas. L’inconnu effraye beaucoup de gens. Minnesota m’a proposé plus d’argent que Los Angeles. Je n’ai simplement pas réussi à me défaire de mon intuition. Ça n’a jamais été une question d’argent, mais à propos de la manière dont on dialogue avec les gens. Surtout quand il s’agit de quelqu’un avec lequel vous avez passé autant de temps”.

“Je suis un business. Les Lynx aussi. On a essayé de négocier pour trouver un accord, mais en gros, nous ne sommes tombés d’accord sur absolument rien. C’est malheureux et c’était très inattendu pour moi. J’espérais rester avec les Lynx. J’ai été choquée et perturbée. Ce que vous avez ressenti, je l’ai ressenti aussi. La confusion, la frustration, la déception, tout… Je comprends ce que sont des négociations, mais c’était tellement éloigné de ce que je pensais que ça m’a déconcertée.

“Les gens ne venaient même pas me voir lors de mes précédentes fins de contrat. Ils savaient que je restais avec les Lynx. Je suis consciente de la situation. Je suis une joueuse plus âgée et il me reste peut-être un an ou deux. Je ne m’attendais pas à ce que beaucoup d’équipes soient intéressées. A ma grande surprise, ça a pourtant été le cas. Los Angeles a pris les devants parce que c’est L.A. : le soleil, le temps, les plages, la nourriture, l’atmosphère… Et puis il faut regarder l’effectif. Si je devais partir du Minnesota, c’était pour rejoindre quelque chose. Là, c’est la meilleure situation possible. Il y a la possibilité de remporter un titre.”

“Je ne me suis pas dit : ‘Je vais aller là-bas parce que Minnesota m’a énervée. J’ai beaucoup réfléchi à tout ça. J’ai dit aux Sparks que si j’arrivais à résoudre mon souci avec Minnesota, je retournerais là-bas. Ça a été dur, p*****. C’est sans doute la situation la plus stressante que j’ai dû gérer”.

“Ma mère a eu du mal à encaisser la nouvelle. Elle était très impliquée. Elle disait : ‘On quittera la scène avec éclat. On va faire savoir à Minnesota à quel point on leur est reconnaissantes pour toutes ces années passées ici’. Quand j’ai vu ma mère pleurer à cause de ça, ça m’a vraiment dérangée. […] Finalement, c’était surtout une question de business. Il m’a fallu 14 ans pour découvrir ce que cela voulait dire”.

Cet aveu de tristesse face à ce qu’elle a ressenti comme une fatalité ne nous dit pas exactement à quel point ce que Seimone Augustus espérait et ce que lui ont proposé les Lynx divergeaient. On ne le saura sans doute jamais. Une chose est sûre : le 7 juin prochain sera un jour très particulier en WNBA. Les Sparks se rendent à Minneapolis. Ce sera la première fois de sa carrière que la future membre du Hall of Fame foule le parquet du Target Center dans le costume de l’ennemi. Si les travées seront moins garnies cette saison vu les difficultés qui se profilent pour les Lynx, il ne restera sans doute pas beaucoup de sièges libres ce soir-là. Reste à savoir s’il y aura plus d’applaudissements que de huées lorsque la n°33 des Los Angeles Sparks entrera en jeu…



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *