fbpx

L’arbitrage en WNBA

Vous les avez déjà maudits, peut-être insultés. Vous vous êtes souvent demandé s’ils ne haïssaient pas en secret votre équipe préférée. Vous avez parfois considéré que vous auriez fait mieux à leur place. Toutes celles et ceux qui ont déjà joué au basket savent pourtant que la présence de ces hommes et ces femmes qu’on déshumanise parfois est fondamentale, vitale même, pour que soient respectées les règles et les valeurs de ce jeu que l’on aime tant. Voilà pourquoi nous nous sommes intéressés aux “refs” de notre chère WNBA et à leur mission si cruciale.

En pratique

Des chiffres, on veut des chiffres !

Tous les arbitres sont employés par la maison-mère, la NBA. Ils peuvent, potentiellement être dispatchés dans les 3 ligues : la NBA, la WNBA et la G-League. En NBA, par exemple, 24 des 70 arbitres (34 %) ont déjà une expérience d’arbitrage en WNBA.

Tous comme les joueuses, les arbitres sont réunis au sein d’un syndicat : le NBRA. Celui-ci a été créé en 1977 et son objectif est clair : “représenter fièrement les hommes et les femmes qui permettent au basket-ball d’être joué dans sa forme la plus pure”. Ce n’est qu’en 2016 que les arbitres de WNBA ont rejoint les rangs de la NBRA, preuve que la ligue est encore jeune et que de nombreuses choses se mettent seulement en place maintenant.

En 2019, ils étaient 31 arbitres sélectionnés pour officier dans les 408 matchs de saison régulière de la WNBA. Pour les playoffs, 14 ont ensuite été retenus.

De petit Padawan à grand maître Jedi du coup de sifflet

Les assignations des arbitres sont annoncées à 9h du matin le jour du match via le site officiel NBA Officials. Pour chaque match, 3 arbitres sont sélectionnés pour composer l’équipe d’arbitrage : le “Crew Chief”, le “Referee” et le “Umpire”

Crew Chief

  • Compétent sur les postes d’arbitre et d’umpire
  • Leader du groupe, sur et en dehors du terrain
  • Affiche un haut niveau d’efficacité en termes de jugement des actions et possède des compétences pour travailler en équipe, avec la faculté de gérer n’importe quelle situation en match, notamment sur le plan de la communication avec le reste du groupe.

Referee

  • Compétent sur ce qui est requis pour le poste d’umpire.
  • Ciment de l’équipe à travers sa régularité, son travail en équipe et sa communication. Il doit rendre ses partenaires meilleurs en assumant une part du travail plus importante que l’umpire.
  • A la capacité d’identifier et de gérer de manière appropriée des changements de paramètres dans le match (l’intensité, les émotions, le cadre, le style de jeu, etc…)

Umpire

  • Juge avec efficacité et agressivité des actions dans la zone principale d’intervention
  • Responsable des mécaniques basique d’arbitrage comme les rotations, le positionnement, la gestion du temps et la prise en compte du nombre de fautes de chaque équipe
  • Solide connaissance des règles, ainsi qu’une capacité à contribuer aux discussions pendant le match concernant d’éventuelles problèmes décisionnels

Les titres définissent donc les rôles que les arbitres auront à jouer sur le terrain. Tout est prédéfini et rien n’est laissé au hasard, surtout dans des ligues professionnelles.

Qu’ils sifflent en NBA, WNBA ou G-League, l’agenda des arbitres est plus ou moins similaire lors d’une journée de match. La NBA propose ainsi une vidéo de 5 minutes présentant le programme-type d’un trio d’arbitre lors d’un match :

Comment devient-on arbitre en WNBA ?

Le parcours pour devenir arbitre en NBA, G-League ou WNBA est assez bien défini par les hautes instances communes des 3 ligues. Dans le passé, le bouche à oreille et les recommandations internes primaient mais à l’heure actuelle, on peut définir ce parcours en 6 étapes :

  1. Des recruteurs de la NBA, spécialisés dans l’arbitrage, se déplacent lors de différents matchs (High School, College, Université, rencontres internationales, …) afin de repérer les futurs arbitres qui rejoindront les ligues professionnelles.
  2. Les scouts de la NBA déterminent la liste des 100 meilleurs candidats observés lors de ces séances de recrutement.
  3. Les candidats sont invités à des camps d’entrainement qui se terminent par une évaluation. Une évaluation réussie permet, bien sûr, d’avancer au niveau suivant. Actuellement, les 3 niveaux sont : Grass Roots Camp – Mid-Level – Elite Camps. Les meilleurs candidats de l’Elite Camp sont alors engagés en G-League.
  4. Toutes les nouvelles recrues de la G-League participent à un camp d’entrainement d’été qui leur est dédié et/ou à une session supplémentaire d’orientation.
  5. Tout comme les joueurs se préparent à la NBA lorsqu’ils évoluent en G-League, il en est de même pour les arbitres. Ils profitent donc de l’expérience engrangée en G-League pour parfaire leur formation.
  6. Dernière étape, enfin, avant le Saint Graal : les arbitres de la G-League sont évalués et les meilleurs recommandés pour être engagés dans la NBA et la WNBA.

Une référence et une formation continue

Une fois que les arbitres atteignent l’eldorado de la(W) NBA, le travail n’est pas fini, loin de là… La ligue prend très à coeur la formation continue de ses arbitres. En 2018, la WNBA a ainsi créé un nouveau poste : “Head of WNBA Referee Performance and Development” (= “Chef du développement et de performances des arbitres de la WNBA”).

C’est Sue Blauch, une arbitre ultra reconnue et avec 20 ans d’expérience en WNBA, qui a hérité de la fonction. Sue supervise dès lors la gestion quotidienne et les performances sur le terrain des arbitres de la WNBA. C’est la grande prêtresse de l’arbitrage en W.

En début de saison, elle fait également plusieurs tournées informatives auprès des coachs et joueuses afin de leur expliquer les changements de règles ou les points d’attention qui ont été portés aux arbitres de la ligue.

En effet, il existe un “Livre de base” des règles de la WNBA mais cette dernière n’hésite pas y apporter ponctuellement des modifications. Dans ce cas, les arbitres sont formés à ce changement. La ligue met également un point d’honneur à communiquer avec les différentes équipes à ce sujet. Une des clés de l’arbitrage est en effet la communication, qu’elle soit entre les arbitres eux-mêmes ou auprès des joueuses ou du grand public.

Témoignage d’Amy Bonner

La théorie c’est bien, mais rien ne vaut le partage d’expérience. Nous avons ainsi eu la grande chance de pouvoir poser plusieurs questions à Amy Bonner, arbitre en WNBA, G-League, NCAAW et lors des compétitions FIBA. Vous risquez de découvrir avec elle une facette de l’arbitrage que vous ne soupçonniez pas. Et de vous rendre compte du parcours du combattant qu’il faut emprunter pour espérer arbitrer au plus haut niveau du basket mondial… 

Des expériences déroutantes

En 2013, la WNBA a été la première ligue professionnelle à équiper un arbitre d’une caméra lors de la retransmission d’un match à la télévision. Le ref’ cobaye était Lamont Simpson. Il a pu bénéficier d’un attirail ressemblant étrangement à des lunettes peu discrètes.

Durant la première mi-temps, il a fallu s’adapter, surtout quand on a commencé à courir et donc à transpirer… Les lunettes ont commencé à glisser. La première mi-temps a donc surtout consisté à ajuster le matériel.

Lamont Simpson

L’idée derrière tout cela était de proposer aux téléspectateurs un point de vue unique et une sensation d’immersion jamais égalée. Même au premier rang d’un match, on n’est pas plongé à ce point dans la partie…

Malgré un accueil enthousiaste du public, la “Ref Cam” est vite tombée aux oubliettes…

Engagez-vous qu’ils disaient…

Nous espérons que ce dossier vous en aura appris un peu plus sur l’arbitrage et qu’il aura, pourquoi pas, fait naître des vocations chez certains. Que ce soit en France ou en Belgique, pas de basket sans arbitres, n’hésitez pas à vous engager !

N’hésitez pas non plus, lorsque vous regardez certains matchs, à observer tout le travail des femmes et des hommes en gris. Le placement, les gestes, c’est une mécanique bien huilée assez impressionnante à voir.

Si la vidéo peut aider ou compléter le travail des officiels, rien ne remplacera l’expérience et l’amour du jeu qui les caractérisent.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *