Essence Carson et Reshanda Gray repartent pour un tour en WNBA

Deux défections au sein des Sparks, deux défections au sein des Mystics, ça laisse forcément des trous dans l’effectif. Los Angeles et Washington n’ont donc pas traîné pour signer deux joueuses de remplacement. C’est du côté des vétérans de la ligue que ces deux équipes ont été piocher.

Essence Carson pour un 2ème titre ?

Pour les Mystics, il fallait surtout trouver une arrière. Le forfait de LaToya Sanders est évidemment une tuile mais, dans la raquette, il reste Elena Delle Donne, Emma Meesseman et Tina Charles. Niveau backcourt, par contre, le départ de Kristi Toliver combiné au retrait de Tasha Cloud cette saison a complètement décimé ce secteur du jeu. Coach Thibault a donc sorti une très belle signature de son chapeau en la personne d’Essence Carson.

A 33 ans, ce n’est plus une jeune joueuse puisqu’elle entame sa 13ème saison en WNBA. Après un passage au Liberty puis aux Sparks (où elle a remporté le titre en 2016) et une pige d’un an au Mercury, la native du New Jersey revient sur la côte Est avec l’objectif de s’intégrer dans la rotation de coach T.

Reshanda Gray apporte son fighting spirit aux Sparks

Les Sparks, quant à eux, doivent composer avec l’absence de Kristi Toliver et de Chiney Ogwumike. C’est plutôt cette dernière qu’ils espèrent remplacer avec la signature de Reshanda Gray. L’ancienne power forward du Liberty était fort appréciée des fans New Yorkais qui avaient déploré son absence dans l’effectif de nourrissons de cette année. Elle traverse donc le pays pour offrir sa motivation et son intensité à une équipe des Sparks qui en aura sans doute besoin après leur dernière prestations en playoffs.

Beaucoup d’observateurs espéraient que les joueuses remplacées le soient par des rookies. En effet, sans camp d’entrainement, pas mal de joueuses draftées hors 1er tour n’ont pas été conservées dans les effectifs. Mais à l’exception de Beatrice Mompremier, coupée par les Sparks puis rappelée par le Connecticut Sun en remplacement de Jonquel Jones, ou de Joyner Holmes, ajoutée à la pépinière new yorkaise, les équipes recherchent plutôt des profils expérimentés.

Cette saison sera, forcément, inédite. La nouveauté de la situation pousse donc les équipes à miser sur des joueuses avec plus de maturité et de connaissance de la ligue. La tactique sera-t-elle payante ou est-ce qu’on va tous bégayer quand le Liberty sera en playoffs ? Réponse dans quelques semaines… si tout va bien.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *