Stephen Curry propriétaire d’une équipe de WNBA ? Why not…

Le Dream d’Atlanta a de nouveaux propriétaires depuis la semaine passée, nous vous en avons parlé. LeBron James n’est d’ailleurs pas étranger à ce rachat, mais impossible de savoir exactement quel rôle il a joué… Il semblerait qu’il ait soutenu, encouragé et conseillé Renee Montgomery afin de lui permettre de finaliser la transaction avec les autres investisseurs.

Ce genre de projets semble avoir éveillé des envies chez d’autres. Le San Francisco Chronicle relaie ainsi les récents propos de Stephen Curry. Celui-ci a félicité les nouveaux propriétaires et a répondu, quand on lui a demandé si devenir propriétaire d’une franchise WNBA à San Francisco lui plairait : “Je n’ai pas de plan précis mais je suis beaucoup de conversations sur la façon dont d’anciens joueurs ont abordé ces opportunités. C’est vraiment intéressant. C’est séduisant. Mais il y a encore beaucoup de chemin à parcourir”.

Les Warriors pourraient donc, dans le futur, inclure Steph Curry dans leur offre de longue date pour avoir une franchise WNBA dans la baie. Cela ne pourra de toute façon pas se faire avant que le meneur ne prenne sa retraite, afin de respecter les conventions collectives de la NBA et de la WNBA.

Papa de deux filles, Riley et Ryan (9 ans et 6 ans) et d’un garçon, Canon (3 ans), Stephen Curry a, tout comme Kobe, été sensibilisé à la cause du basket féminin grâce à sa progéniture. Difficile, en effet, quand on est une superstar comme lui, de se dire qu’en WNBA sa fille toucherait moins que certains arbitres de NBA.

En août 2018, dans un texte publié dans le Players’ Tribune, le double MVP et triple champion NBA, avait déjà montré toute sa détermination à combattre les inégalités, salariales notamment, entre les hommes et les femmes.

“Riley et Ryan grandissent tellement vite… Ayesha et moi voyons soudainement les choses à travers leurs yeux. Je mentirais si je disais que l’égalité entre hommes et femmes n’est pas devenue un peu plus personnelle et concrète pour moi. Il est important que l’on trouve une solution pour rendre ça possible. […] Tous les jours nous devons travailler pour refermer ce fossé salarial. Parce c’est au quotidien que les femmes en sont affectées. Tous les jours, le mauvais message leur est adressé concernant leur identité. Leur valeur. Ce qu’elles peuvent ou ne peuvent pas devenir”. […]

Je veux que nos filles grandissent en se disant qu’il n’y aucune limite placée devant leur avenir. Qu’elles grandissent dans un monde où leur sexe ne dicte pas ce qu’elles doivent penser, être ou faire. Je veux qu’elles puissent rêver grand et s’épanouir dans des carrières où elles seront traitées de manière juste. 

Je sais déjà, en me basant simplement sur son sexe, qu’il aura des avantages dont ses soeurs ne peuvent que rêver. Comment rendre ça sensé quand on est un parant ? Quelles valeurs donner, à cet instant, à son fils ?”, déclarait-il joliment.

Si les joueurs NBA ont, jusqu’à présent, plutôt investi dans des franchises masculines (Michael Jordan et les Hornets, Grant Hill et les Atlanta Hawks ainsi que Shaq et les Sacramento Kings), le vent serait-il en train de tourner ?

Il est indéniable que l’intérêt de Stephen Curry pour la WNBA est un vrai plus pour la ligue. Alors, Sabrina Ionescu (la petite chouchoute de Steph) qui tire depuis le couloir du stade des Golden State Warriors avant chaque début de match, fantasme ou réalité dans une dizaine d’années ?



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *