La Minute Skills : Emma Meesseman

© Lorie Shaull

Aujourd’hui la Minute skills va analyser la panoplie complète d’une joueuse à la trajectoire ascendante et qui a forcément une place particulière pour l’équipe de Swish Swish : la talentueuse Emma Meesseman, alias “EmVP”, championne WNBA en 2019 et MVP des Finales, s’il vous plaît.

Avant de tout passer au crible, parlons de son poste de jeu, Emma Meesseman est intérieure et plus précisément poste 4. Du haut de son mètre 93, la Belge a plus d’un tour dans son sac.

Ses Skills

Pick’n Pop/ Pick’n Roll : Le pick est l’équivalent en français d’un écran. L’objectif de cette manoeuvre est de créer un retard défensif entre le porteur de balle et son vis-à-vis. Du coup, l’intérieure vient souvent porter un écran pour une joueuse extérieure en périphérie du panier pour favoriser une prise de vitesse. Une fois que l’écran est pris l’intérieure « s’ouvre ».

Et bien Emma Meesseman possède une vraie qualité dans la pose de ces écrans, mais elle est encore plus redoutable sur la suite… Quand on regarde la star des Belgian Cats après son écran, on voit deux options d’ouverture :

-Soit elle « pop », comprenez là qu’elle éclate en s’écartant de la zone d’écran pour être disponible et recevoir le ballon pour scorer de loin.

-Soit elle « roll » et plonge vers le panier pour avoir le ballon en mouvement ou bien en jeu posté.

Dans les deux cas elle a un sens quasi parfait du spacing à occuper et du timing dans lequel elle doit bouger après la pose de son écran. C’est très efficace et compliqué à défendre pour son défenseur.

Catch and shoot : Emma Meesseman possède une vraie qualité de shoot par rapport à la moyenne des intérieures. Ce qui la rend dangereuse pour ses adversaires, c’est qu’elle est aussi à l’aise pour shooter à mi et longue distance que dans la peinture. Problème pour la joueuse chargée de défendre sur elle : elle peut difficilement la pousser à jouer sur ses points faibles, puisqu’elle n’en a pas pour ainsi dire.

Shake-Shake (dos au panier) Son poste de jeu est aussi dans la raquette. Pour y briller, Meesseman peut s’appuyer sur une technique offensive dans le jeu dos au panier : le Shake-Shake. Vous savez, c’est ce mouvement d’épaule que fait la joueuse lorsque son adversaire défend la position. Emma aime feinter son départ dans une direction avec ses épaules puis, une fois que l’on mord dans sa feinte… Bam ! Elle repart enrouler son adversaire dans la direction opposée pour se créer un chemin vers le panier.

Ce mouvement est un classique pour les intérieures, mais Emma Meesseman l’exécute avec une rapidité assez remarquable et peut « shaker » plusieurs fois pour vraiment duper sa vis à vis.

Fadeaway : Dans ces mouvements postés où elle conserve la position en dribble et tente « d’enfoncer » son adversaire pour se frayer un chemin vers le cercle, Emma peut compter sur une forte réactivité d’appuis. Elle est capable de prendre ses appuis sur deux pas en reculant pour tenter ce shoot. Il faut être rapide, gainée et savoir enchaîner rapidement sur un tir pour avoir une chance de scorer là-dessus. Elle maîtrise tout cela à merveille.

Stop and go / step Through : Ce move est réellement très difficile à réaliser et peut ne servir à rien voir même faire perdre la balle si le timing d’exécution n’est pas parfait…. Emma Meesseman peut attaquer le cercle en captant la balle derrière la ligne à 3 points, comme l’avoir en étant poste bas, où encore poste haut. Lorsque son défenseur la rattrape elle « stoppe » ses appuis simultanément puis feinte un tir pour faire décoller la défense. A ce moment très précis, elle croise son appui pour repartir « GO » et/ou traverser la défense et aller scorer. C’est tout simplement indéfendable car le défenseur a perdu ses appuis.

En vraie maestro, la joueuse des Mystics gère ce move parfaitement, grâce à son appréciation du rythme. Elle analyse quand et dans quelle direction il est le plus efficace de repartir.

Vous connaissez maintenant le secret d’une de ses feintes les plus redoutables.

Son gros point fort c’est clairement un timing et une vitesse d’exécution de jeu hors norme. Elle repère les bons espaces, les bons rythmes d’attaque et trouve quasiment tout le temps les fenêtres de jeu les plus efficaces.

Ajoutez à ça un bon gros shoot bien efficace, mais aussi de bonnes mains pour une finition qui l’a amené à réaliser des performances offensives fantastiques la saison dernière, particulièrement en playoffs.

Pour les extérieures de Washington, jouer avec une basketteuse comme Emma Meesseman est un vrai bonheur car c’est souvent synonyme de rythme offensif et de solutions de passes nombreuses.

La saison prochaine, sans doute à nouveau dans un rôle de 6e femme pour épauler Elena Delle Donne et Tina Charles, Emma Meesseman apportera sa panoplie formidable à des Washington Mystics très crédibles dans la course à leur propre succession.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *