Napheesa Collier nous raconte son confinement

Source The Iso : Napheesa Collier

Je sais depuis janvier que ce virus est des plus sérieux. Je jouais en Chine pendant la off-saison quand l’épidémie s’est déclarée. Ce qui est fou, c’est qu’à l’époque, il n’y a que là-bas qu’on en parlait — le virus semblait ne se propager nulle part ailleurs. La saison fut annulée, et le gouvernement chinois s’est mis à fermer les lieux de rassemblement et à mettre les villes sous quarantaine. C’est à ce moment-là que je me suis dit qu’il fallait probablement mieux que je parte. Depuis décembre, j’avais continué à m’informer sur la situation. J’essayais de rester à la page, de voir ce qu’il se passait. Jusqu’à ce que le virus finisse par arriver ici avec fracas.

Je suis dans la ville de Saint-Charles, dans le Missouri, avec Alex, mon fiancé. C’est une banlieue de Saint-Louis, à quarante-cinq minutes environ de la ville. Il y a beaucoup de place et d’espaces verts. Nous avons une véranda qui donne sur l’extérieur, c’est très agréable. Et j’ai un petit goldendoodle. Je l’amène en ballade dans notre cul-de-sac, pour qu’elle fasse un peu d’exercice.  Elle commence à devenir un petit peu potelée. C’est encore un chiot, donc elle n’est pas encore parfaitement dressée pour vivre en intérieur, mais on travaille sur le sujet. Pour l’instant, c’est un travail à temps-plein.

https://www.instagram.com/p/B_NRda4BY0e/

Mes parents vont bien, fort heureusement. Ils sont confinés loin de chez nous. Mon père a eu le coronavirus, donc il n’allait pas très bien pendant quelques temps. Il a eu des symptômes comme de la fièvre et quelques difficultés à respirer, mais ils ne furent pas sévères au point de devoir l’emmener à l’hôpital. À présent, il se porte très bien. Nous en sommes très reconnaissants. 

https://www.instagram.com/p/B6jlm1WBalb/

Je me lève, je prends un petit déjeuner léger, et la plupart du temps je vais jusqu’à une église du coin avec Alex pour faire un entraînement de basket. Alex a l’habitude d’y entraîner des joueurs en temps normal, mais en ce moment, nous sommes les seuls à y avoir accès. On s’entraîne là-bas, puis on rentre et on s’entraîne à nouveau, cette fois chez nous. En général, je passe le reste de la journée à regarder Netflix, à lire, ou faire autre chose.

Petit plaisir coupable, mais je me suis mise à regarder Cauchemar en cuisine. Je ne sais pas pourquoi j’ai commencé, mais je ne peux plus m’arrêter. Je regarde tout le temps. Et ce n’est même pas comme si j’aimais particulièrement cuisiner. Mais cette émission est addictive. Tout d’abord, je trouve génial tout ce qu’ils arrivent à faire, et Gordon Ramsay est tout simplement fou. C’est très drôle à regarder. Je regarde également Ozark, et je suis toujours en quête de nouvelles séries à regarder. 

J’ai créé un club de lecture virtuel — Phee’s Book Cub — pour toutes les personnes qui, comme moi, ont besoin de divertissement pendant le confinement (divertinement ? Désolée, il fallait que je la fasse.) J’ai commencé à en parler sur mon compte instagram, @napheesa24, donc c’est là que vous devez vous rendre si vous souhaitez y prendre part. En ce moment, nous lisons An Anonymous Girl de Greer Hendricks et Sarah Pekkanen. J’aime les romans policiers, donc je voulais absolument que le premier livre en soit un. Je ne sais pas encore ce qui viendra après. Il faudrait que j’y réfléchisse rapidement. 

https://www.instagram.com/p/B_V9lXXBuhJ/

J’ai commandé un clavier pour essayer de d’apprendre à jouer du piano. J’aime beaucoup la musique en général, mais je n’ai pas de genre préféré. Je sais que tout le monde dit la même chose, mais je n’ai vraiment pas de style de musique préféré. J’écoute même de la country. Je ne suis pas une fan inconditionnelle de la country, mais j’ai commencé à vraiment apprécier cela dernièrement. On trouve de tous les genres de musique sur mon téléphone. Y compris des artistes plus anciens ; j’aime beaucoup Queen. J’ai du mal à trouver de nouveaux titres à écouter, car d’habitude, je découvre de nouvelles choses grâce aux conseils de mes amis. Mais comme je ne peux pas les voir en ce moment, je fais des recherches sur Apple ou autre, et j’écoute les hits du jour.

J’ai l’habitude d’écouter Drake quand je m’entraîne. N’importe quelle chanson de Drake ; ou alors, Alex et moi mettons du hip-hop des années 2000, de vieilles chansons de R&B, du Usher. Les chansons d’Usher ne sont peut-être pas les meilleures pour s’entraîner, mais c’est quand même de la bonne musique — agréable à écouter quel que soit le moment.

Nous prenons aussi soin de notre santé mentale, ce qui est très important. Alex a une application pour méditer. Il essaie de me convertir, mais je pense que je suis un peu têtue. On fait des jeux tous les jours, juste pour essayer de s’amuser. On fait des puzzles, ce genre de choses. Je vais me balader, et on suit notre routine. Je pense que cela aide à faire face à toute cette folie.

Tout n’est que temporaire. C’est le diction que j’ai l’habitude de me répéter pendant les entraînements difficiles, et je pense que cette même idée peut nous aider à traverser cette période. Tout cela finira par s’arrêter, alors il nous faut simplement faire face. Il faut vraiment avancer pas à pas — si on regarde la situation dans son ensemble, les choses peuvent nous sembler effrayantes. Mais si on avance jour après jour, si on suit notre routine, il devient beaucoup plus simple de faire face à tout cela. 

https://www.instagram.com/p/BilIXRalZP0/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *