Playoffs 2020 Finales : Seattle/Las Vegas Preview

Après une attente et une incertitude insupportables, après une saison régulière raccourcie mais intense dans la Wubble, après des playoffs de belle facture avec une grosse intensité, quelques surprises et de beaux moments, l’heure est désormais venue de clôturer cette saison 2020 et de couronner les championnes 2020.

Le trophée attend l’équipe qui subsistera au meilleur des cinq matchs de cette série qui s’annonce d’ores et déjà palpitante entre le Seattle Storm et les Las Vegas Aces . Game 1 prévu dans la nuit de vendredi à samedi à 1h00, heure européenne.

Coup d’oeil en arrière…

Malgré des parcours assez différents pour en arriver là, la logique sportive semble respectée puisque nous retrouvons en Finales les deux meilleures équipes de la saison régulière.

Les Aces viennent de se sortir d’une série extrêmement disputée face au Connecticut Sun, gagnée au sortir d’un Game 5 sous tension. Les organismes auront donc déjà été mis à rude épreuve à l’entrée de cette série de Finales après seulement 3 petits jours de repos. En revanche, s’être sorti d’une série aussi accrochée a rempli le capital confiance des Aces à bloc. Elles sont l’équipe numéro 1 de cette saison régulière, ont battu le Storm à chacune de leur confrontation et entendent bien continuer à faire respecter cette logique.

A’ja Wilson est la MVP de cette saison et a démontré tout au long de la série qu’elle pouvait performer à ce niveau également en playoffs. Et comme à ses côtés, Angel McCoughtry a explosé en fin de série pour définitivement plier le résultat, les Aces semblent dans les meilleures dispositions pour affronter l’armada du Storm. Si ce n’est qu’une absence de taille est à noter. Dearica Hamby, tout juste auréolée du titre de 6e femme de l’année, est blessée et out pour la saison. C’est donc un atout de taille sur lequel Las Vegas ne pourra pas de reposer.

En face, le Storm vient de se sortir sans trop de difficulté de ses demi-finales face aux Minnesota Lynx et a donc pu compter sur quelques journées de repos supplémentaires. Côté infirmerie, oubliées la blessures de Sue Bird ou les mises au repos de Breanna Stewart, le groupe est au complet et en pleine forme à une exception près. La saison de Sami Whitcomb est terminée. Elle a quitté la Wubble pour l’Australie et rejoindre sa femme pour la naissance de leur premier enfant. Une absence qui peut avoir son importance tant Sami avait apporté sa contribution par moment en sortie de banc.

Les points à surveiller

L’expérience :

Le Seattle Storm est une équipe présentant un mix intéressant entre jeunesse et ancienneté. Mais malgré la jeunesse de certaines joueuses comme Jordin Canada ou Jewell Loyd (voire même Breanna Stewart), n’oublions pas qu’à quelques exceptions près, nous avons devant nous l’effectif qui fut, sans contestation, champion lors de l’exercice 2018. Ces joueuses, peu importe leur âge, connaissent le chemin qui mène au trophée ultime. Elles savent par quoi il faut passer. Sue Bird ou Natasha Howard ont participé à plusieurs titres, Alysha Clark roule sa bosse depuis déjà un certain nombre d’années, tout comme Epiphanny Prince ou Crystal Langhorne. Quant à Breanna Stewart, même si elle est encore jeune, ses expériences dans à peu près tous les championnats où il lui a été donné de participer se sont soldées par des réussites.

En face, Las Vegas peut sembler plus jeune et moins expérimenté mais il ne faudrait pas oublier l’impact qu’a dans cet effectif Angel McCoughtry. Présente dans la ligue depuis maintenant 10 ans, Angel a tout connu. Des réussites individuelles avec quelques trophées et 3 finales avec Atlanta au niveau collectif. Le graal ultime lui a été à chaque fois refusé, dont la première fois en 2010 face au Storm justement. Mais elle connait le parfum des playoffs et ses récentes performances nous l’ont encore démontré.

Le coaching :

L’expérience de Bill Laimbeer au sein de la ligue n’est plus à prouver. Triple champion, double détenteur du titre de Coach de l’année dans 2 franchises différentes (Detroit Shock et New York Liberty), Bill n’a que rarement manqué les playoffs avec les différentes équipes qu’il a coachées. La série face au Sun nous l’a encore démontré, Laimbeer est un coach qui sait former un groupe, le souder, lui donner une direction mais qui sait également s’adapter en cours de série pour atteindre son unique but : gagner.

En face, Gary Kloppenburg n’est lui non plus pas tout jeune dans la ligue. Néanmoins sa réussite en tant qu’Head Coach (2 ans avec le Tulsa Shock, pas de qualification en playoffs) ne semble pas optimale. Passé depuis dans l’ombre de Dan Hughes en tant qu’assistant, Gary a désormais les rênes de l’équipe pour cette saison. On sait que le plan de jeu reste établi à distance par coach Hughes et que Sue Bird, véritable relais sur le terrain, reste une assurance mais en playoffs, les ajustements en temps réel et les prises de temps-morts sont des détails qui peuvent avoir toute leur importance. A Gary de nous montrer qu’en l’absence de Dan Hughes, il a toutes les qualités pour emmener ce groupe talentueux vers la victoire finale.

La joueuse phare

Côté Seattle : Sue Bird

A désormais bientôt 40 ans (le 16 octobre prochain pour être précis), Suzanne Brigit Bird, dite “Sue”, va bientôt participer à ses 4e finales WNBA. Déjà titulaire de 3 titres auparavant (2004, 2010 et 2018), Sue a la possibilité d’ajouter son nom dans la liste des légendes 4 fois titrées, et elles ne sont pas nombreuses. Ce serait donc une performance historique pour Sue. D’autant plus qu’en cas de succès, aucune autre joueuse n’aura jusqu’alors réussi à être titrée à un si grand intervalle d’années.

Sue n’est bien évidemment plus la joueuse phare de l’effectif. C’est désormais sur les épaules de Breanna Stewart que repose en grande partie le succès du Storm. Elle est d’ailleurs bien aidée dans cette tâche cette année par Jewell Loyd en deuxième option offensive. Mais la chef d’orchestre de l’ensemble, la générale, le relais du coach sur le terrain, c’est toujours Sue. Malgré son âge avançant et les doutes légitimes émis quant à son état de forme au vu de ses récents problèmes de blessures, les derniers matchs nous ont montré que Sue était toujours une joueuse d’une incroyable justesse. Son expérience n’est plus à prouver, pas plus que ne l’est son extraordinaire vision du jeu.

Enfin, Sue est le genre d’animal qui se transcende dans les grands moments. Elle nous l’a maintes fois prouvé par le passé. Son bilan en Finales WNBA ? 3 participations, 3 titres. Si vous allez dans le détail, son bilan en matchs est même de 8-1, avec une seule petite défaite lors des finales 2004. Elle était alors bien jeune. Pour enfoncer le clou, notons que si l’on prend en compte ses carrières avec Team USA et en Euroleague, le bilan devient complètement dingue puisqu’en 17 participations à des finales diverses, Sue n’est repartie qu’une seule fois avec la médaille d’argent : en 2011 avec le Spartak Moscou.

Toutes ces jolies statistiques pour dire que lorsque l’enjeu est là, il faut compter avec Sue Bird. Son expérience sera un critère déterminant dans cet exercice que sont les finales WNBA. Elle a là une occasion en or de pouvoir ponctuer sa carrière de la plus belle des manières, même si elle n’a pas exclu la possibilité de jouer les prolongations tant elle se sent bien. Profitons en tout cas de cette légende et de son jeu tant qu’il nous est donné de la voir en direct.

Côté Las Vegas : A’ja Wilson

Après ses playoffs 2019 plus que moyens, se posait la question de savoir si A’ja était taillée pour ces moments. La MVP 2020 a désormais répondu avec fracas. Avec 21.8 points, 10.4 rebonds et 3 contres de moyenne sur la série face au Connecticut Sun, c’est peu de dire qu’A’ja a éclaboussé tout le monde de son talent. Se défaisant des prises à deux, voire à trois, A’ja pèse et montre à tout le monde la patronne qu’elle est.

Face à sa principale rivale lors de la course à la MVP, Breanna Stewart, A’ja aura à coeur de prouver qu’elle est la meilleure joueuse sans discussion. La confrontation sera d’autant plus alléchante que les deux joueuses devraient se retrouver très souvent en vis à vis et comme l’une comme l’autre ne rechignent pas à effectuer ses tâches défensives, le combat devrait être gargantuesque.

Injouable dans le mi-distance et proche du panier, le défi Breanna Stewart devrait amener A’ja à s’écarter. Ce sera donc une opposition très différente de ce que pouvait proposer Alyssa Thomas dans la série précédente. Les ajustements tactiques seront très intéressants à suivre. On a vu également qu’A’ja Wilson avait une grande capacité à provoquer des fautes. Dans une série qui risque de se jouer sur des détails, ce point sera à prendre en considération même si elle aura, face à elle, une des équipes qui concède le moins de fautes à son adversaire après… les Las Vegas Aces elles-mêmes.

Le Facteur X

Côté Seattle : Alysha Clark

Récemment “snobée” du trophée de Defensive Player of the Year, Alysha Clark entend sans doute démontrer sur cette série à quel point cette erreur était grossière. Avec comme vis-à-vis probable, la plupart de temps, Angel McCoughtry, Alysha aura un rôle prépondérant pour l’empêcher de prendre feu et d’apporter son incroyable contribution comme ce fut le cas face au Sun. Pas la joueuse la plus en vue de l’effectif, elle en est en revanche une des taulières, présente quand ça compte (comme dans le game 1 face aux Lynx). Si Breanna Stewart et A’ja Wilson devraient se rendre coup pour coup, Alysha aura la lourde tâche d’essayer d’isoler la MVP 2020. Grosse mission en perspective.

Côté Las Vegas : Jackie Young et Danielle Robinson

La sophomore et la vétérane se relaient à la mène de cette équipe des Aces et apportent une contribution non négligeable match après match. Elles auront désormais une adversaire de choix en la personne de Sue Bird. Défensivement, couper l’effectif du Storm de sa chef d’orchestre peut être une stratégie pour faire déjouer ce collectif terriblement huilé. Et de l’autre côté du terrain, Sue n’est plus de première jeunesse et sa défense n’est plus optimale. Essayer de la cibler pourrait être également une stratégie payante. Attention toutefois que dans leur parage devraient également graviter Jewell Loyd et Jordin Canada, dont les profils athlétiques poseront d’autres soucis à l’arrière-garde de Las Vegas.

Pronostics de l’équipe

Stéphanie

Je pense que les Storm vont gagner. Je le pense depuis le début de la saison et aucune équipe ne m’a paru plus forte collectivement et défensivement. Je vois bien les Aces accrocher une victoire quand même et je mise donc sur un 3-1. En MP des Finals, Stewie serait la sécurité mais soyons fous : Jewell Loyd est dans une telle forme actuellement qu’elle pourrait bien le décrocher.

Olivia

J’hésite entre deux attitudes pour aborder ces finales : la prudence d’une part, et la confiance en mon équipe de coeur d’autre part. Pour être fidèle à ces deux idées, je vais pronostiquer une victoire 3-1 du Storm face aux Aces. Au vu de la très belle saison des Aces et de la détermination dont elles ont su faire preuve, lors des demi-finales face à Connecticut notamment, je ne les vois pas repartir sans la moindre victoire et accepter le sweep. Je pense toutefois que le Storm a toutes les clefs en main pour aller chercher ce quatrième titre de son histoire : une Breanna Stewart à son plus haut niveau que je vois finir MVP des Finales, une Jewell Loyd qui cartonne, une Sue Bird en mode play-offs, et j’en passe. On les y reverra sans doute lors des saisons à venir, mais pour l’heure, les Aces ne sont jamais allées en finales. L’expérience des joueuses du Storm qui, pour la plupart, faisaient déjà partie de l’équipe sacrée championne en 2018, me semble un atout de taille. « La jeunesse au pouvoir » : oui, mais pas tout de suite.

Florian

Les Aces ont posé de gros problèmes à Seattle cette année et arrivent avec un capital confiance gonflé à bloc. Néanmoins, ces victoires ont eu lieu en l’absence de Sue Bird pour les deux matchs et de Stewie pour un des deux. Il convient donc de tempérer. Les Aces peuvent par moment donner une impression de puissance mais Seattle dégage un tel sentiment de sérénité. Dans la suite de leur énorme saison 2018 et passé la parenthèse malheureuse de 2019, Sue, Breanna et compagnie sont désormais en route pour reprendre leur domination là où elles l’avaient laissée. Je vois un résultat Final de 3-1 pour Seattle. Et par goût du risque, j’ai envie de mettre une petite pièce sur Sue Bird MVP des Finales pour ponctuer son incroyable carrière.

Shaï

Les Aces sortent d’une série éreintante contre le Sun et on a vu dans le 4e quart-temps du game 5 qu’elles étaient physiquement dans le dur. C’est le mental qui a prévalu et qui sera à nouveau leur meilleure arme , en plus de la faculté d’A’ja Wilson à aller sur la ligne, pour essayer d’inquiéter Seattle. J’ai peur que le suspense ne soit pas du tout au rendez-vous de ces Finales pourtant alléchantes sur le papier. Seattle me paraît beaucoup trop au-dessus sur le plan de la fraîcheur, du talent et de l’expérience collective. Comme en demi-finale contre Minnesota, je vois un sweep 3-0 et un triomphe total pour le Storm. Sans aucune surprise, je pense que Breanna Stewart sera la MVP de ces Finales. Trop dominante, trop en mission.


D’accord avec nous ? Rendez-vous sur les réseaux pour en discuter et ce vendredi pour commencer ces Finales qui s’annoncent alléchantes.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *