Playoffs 2020 2e tour : Connecticut/Sparks Preview

Le premier tour est déjà derrière nous et, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a tenu toutes ses promesses. Pour retrouver les résultats et compte-rendu du tour précédent, n’hésitez pas à lire nos précédents articles : Phoenix-Washington et Chicago – Connecticut

C’est désormais le deuxième tour qui s’annonce et l’entrée en lice des équipes classées 3e et 4e de la régulière. Deuxième joute prévue dans la nuit de jeudi à vendredi à 3h00 du matin, heure européenne entre le Connecticut Sun et les Los Angeles Sparks. Match à élimination directe.

Coup d’oeil en arrière…

Saison sans trop d’histoire pour Los Angeles. L’équipe est forte et n’a plus à le démontrer. Elle possède un des meilleurs effectifs de la ligue et peut s’appuyer sur d’énormes individualités pour dominer ses rencontres. Au final, les Sparks finissent à la 3 place de la régulière, soit une très belle performance mais un minimum syndical au vu de l’effectif. Ce n’est de toute façon pas sur leur performances en régulière que sera jugée la saison de Los Angeles.

Au niveau individuel, Chelsea Gray a mis un peu de temps à se mettre en route avant de petit à petit retrouver ses standards. Candace Parker en revanche, après une saison 2019 plus compliquée, est revenue en force pour rappeler à tout le monde la joueuse dominante qu’elle est. Citée à la fois dans la course à la MVP et à la DPOY, CP3 entend désormais utiliser les playoffs pour remettre SES Sparks sur le toi de la WNBA.

De son côté, le Sun, après une saison en deux temps et plus compliquée que prévue vient de dominer sans trop de problème une équipe du Sky un peu amoindrie et espère désormais poursuivre son parcours grâce à un effectif globalement au complet et une identité enfin retrouvée.

Le point à surveiller

L’efficacité offensive :

Avec le Sun et les Sparks, nous avons face à nous deux équipes à forte connotation défensive qui poseront de gros problèmes aux stratégies de l’adversaire. L’équipe qui arrivera le mieux à répondre tactiquement à ce défi prendra probablement l’ascendant dans ce match. Au niveau du coaching, l’avantage semble clairement du côté de Curt Miller et du Sun. Lors de la série de la saison passée, il avait complètement dominé Derek Fisher, lequel s’était trouvé en manque de solution.

En revanche, force est de constater cette saison qu’en l’absence de Jonquel Jones, l’effectif de Los Angeles semble plus complet et bénéficier de plus de profondeur. De plus, les Sparks ont probablement en leur sein la meilleure joueuse de la rencontre en la personne de Candace Parker. Avoir une joueuse de ce calibre peut vous assurer la victoire à elle seule si elle est enforme, et si vous ne la mettez pas sur le banc.

Notons enfin que les Sparks sont l’équipe le plus efficace au shoot cette saison. Au Sun de trouver une solution collective face à cette armada de stars. Attention toutefois que la qualification se jouera cette fois sur un simple match éliminatoire sur lequel tout est évidemment possible. Un coup de chaud de DeWanna Bonner est vite arrivé.

La joueuse phare

Côté Connecticut : Alyssa Thomas

Alyssa Thomas

Nous avons parlé de DeWanna Bonner lors du tour précédent, place cette fois à sa comparse sur les ailes : Alyssa Thomas. On ne présente plus l’ailière forte du Sun. Complète, physique, défensive, Alyssa a brillé dans la rencontre face au Sky avec 28 points, 13 rebonds et 8 passes décisives. C’est désormais un autre challenge qui l’attend. Après la faiblesse des ailes de Chicago, ses adversaires du soir se nomment Candace Parker ou Nneka Ogwumike. C’est une autre histoire.

Mais Alyssa est de taille à faire face. On se rappelle encore de ses finlaes époustouflantes face aux Mystics la saison dernière. Quand elle est en forme (et même quand elle est un peu blessée en fait), Alyssa joue avec une activité et une intensité égalée par peu de joueuses dans la ligue. Sauf que parmi ces rares joueuses, une se dresse face à elle en la personne de Candace Parker. Duel immanquable en vue.

Côté Los Angeles : Candace Parker

Et Candace Parker justemement, parlons-en. En 2019, blessée toute la première partie de saison, elle était ensuite revenue à un niveau correct mais néanmoins bien en dessous de ses standards. Certains avaient commencé à remettre en question sa domination et l’avait rangé dans la catégorie des pré-retraitées. Son parcours s’était terminée de manière tragique, avec une élimination 3-0 de la main du Connecticut Sun qui avait outrageusement dominé les Sparks. Dans le Game 3, beaucoup s’en souviendront, CP3 avait été laissée sur le banc de longues minutes par un Derek Fisher en panne de solution et avait terminé la rencontre en larmes.

Cette saison, Candace est déterminée et en plein possession de ses moyens. Si l’on peut toujours émettre quelques doute sur les capacités de coaching de Derek Fisher, force est de constater que la donne a bien changé. Jonquel Jones n’est pas présente dans l’effectif et CP3 a prouvé lors de cette saison calibre MVP que malgré ses 34 ans, elles étaient toujours rares les joueuses à lui arriver à la cheville.

Le Facteur X

Côté Connecticut : Jasmine Thomas

Jasmine Thomas n’aura pas tâche aisée sur cette confrontation. Après le contrat Courtney Vandersloot, dont elle s’est acquittée plus qu’honorablement, voilà une autre des meneuses les plus dominantes de cette ligue qui se dresse face à elle en la personne de Chelsea Gray. Et ce ne sera pas une mince affaire. Presque aussi talentueuse à la création mais en revanche plus athlétique et puissante, c’est un tout autre défi pour la meneuse défenseure de Connecticut. Elle sera bien sur toujours aidée dans sa tâche par Briann January mais elles ne seront pas trop de deux pour essayer de bloquer l’inspiration créative des Sparks.

Côté Los Angeles : Brittney Sykes

Derrière le trio magique Parker-Gray-Ogwumike, plusieurs joueuses peuvent tirer leur épingle du jeu et aider à faire pencher la balance du côté californien. Et Brittney Sykes en fait partie. En provenance d’Atlanta, Brittney a eu l’occasion de rejoindre l’effectif des Sparks afin de retrouver le goût de la victoire après une saison 2019 compliquée à Atlanta. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle a retrouvé des couleurs. Assez bonne scoreuse et meilleure de son équipe aux interceptions, elle s’est parfaitement fondue dans le collectif de Los Angeles. Elle fait ainsi partie des raisons pour lesquelles Los Angeles trône parmi les meilleures défenses de la ligue.

Pronostics de l’équipe

Stéphanie

La CP3 2020 n’est pas la même que la CP3 2019. Chelsea Gray me semble aussi plus en forme que l’année passée. Connecticut est capable de coups d’éclats et Alyssa Thomas est… pfiou… mais les Sparks ont faim et je crains que la saison difficile du Connecticut ne leur permette pas de battre une équipe du niveau de celle des Sparks.

Olivia

Les Sparks ont fait preuve d’une grande forme tout au long de la saison, et je ne les vois pas s’arrêter avant les demi-finales au moins. Même si Alyssa Thomas nous a montré à tous qu’elle pouvait prendre feu sur un match, le star power et l’expérience présentes à LA me poussent à miser sur l’équipe de Derek Fisher.

Shaï

La logique voudrait que les Sparks s’imposent, ne serait-ce que sur l’addition de talents. Le Sun a un match en plus dans les pattes, joué 48 heures plus tôt. Malgré ça, je reste sur ma perception de cette équipe de Connecticut, à savoir que dans un bon soir (comme face à Chicago) et en s’appuyant sur ses armes (l’impact athlétique et la défense), elle peut battre tout le monde, sauf Seattle ou Las Vegas. Curt Miller a réussi à raviver le feu sacré de son groupe et je vais miser sur Connecticut.

Florian

J’ai beau avoir en tête la série de l’an passé et la domination tactique qu’avait proposé Curt Miller, je pense que la situation est très différente cette fois-ci. Sur un match, on n’est jamais à l’abri de rien et une joueuse de la trempe de DeWanna Bonner ou de Alyssa Thomas peut faire basculer la rencontre sur un coup de chaud ou un malentendu. Mais je pense que l’effectif des Sparks est trop fort et trop complet pour pouvoir laisser échapper cette rencontre. Avantage Los Angeles.


D’accord avec nous ? Rendez-vous sur les réseaux pour en discuter et ce mardi pour voir si nos prédictions se révèleront bonnes.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *