fbpx

Hier soir, la WNBA était à Lyon

Les confrontations entre les Lionnes du LDLC ASVEL féminin et les Gazelles du BLMA sont toujours très attendues. Le simple fait qu’elles opposent le champion de France en titre et son dauphin les érige instantanément au rang des affiches qu’aucun observateur du basket féminin français ou européen ne voudrait manquer. 

Mais les fans de WNBA ont encore une raison supplémentaire d’attendre impatiemment les duels entre Lionnes et Gazelles : parmi les clubs français, c’est à l’occasion des rencontres entre ces deux équipes que la concentration de joueuses WNBA présentes sur le terrain est la plus forte. Hier soir, en dépit de l’absence de Stephanie Mavunga, l’intérieure de l’Indiana Fever et du BLMA, victime il y a quelques semaines d’une aponévrosite plantaire, elles étaient cinq à s’affronter en terres lyonnaises, à l’occasion de la douzième journée d’Euroleague. 

Si à l’issue d’un duel acharné, ce sont finalement les Lionnes de l’ASVEL qui se sont imposées d’un point (78-77), l’avant-match, lui aveugle aux rivalités, fut l’occasion pour l’ensemble des joueuses de rendre un hommage à Kobe Bryant, à sa fille Gigi, et à l’ensemble des victimes de l’accident d’hélicoptère survenu dimanche dernier. Une minute de silence, suivie d’une double violation de la règle des vingt-quatre, puis des huit secondes, en guise d’honneur aux deux numéros portés par la légende du basket au cours de sa carrière, fut ainsi observée à Mado Bonnet.

Après cela, le match pouvait commencer. Avec dix-sept points combinés pour l’ASVEL (Alysha Clark, Marine Johannès) et soixante-deux points combinés pour le BLMA (Shey Peddy, Gabby Williams, Sami Whitcomb), on peut dire que toutes les joueuses WNBA présentes hier soir sur le terrain ont su s’illustrer à leur façon. Retour sur leurs performances respectives.

— Shey Peddy, numéro #9 du BLMA (équipe WNBA : Washington Mystics)

Il faut dire les choses telles qu’elles sont : Shey Peddy était tout simplement en feu hier soir. Agressive vers le cercle d’entrée de jeu, présente en défense, la meneuse des Washington Mystics arrivée au BLMA il y a seulement quelques semaines fut un véritable élément moteur pour les Montpelliéraines. En trente-quatre minutes de jeu, Shey Peddy a marqué trente points à elle seule, soit près de quarante pourcents des points du BLMA. Mais surtout, elle a réalisé un phénoménal huit sur dix à trois points, qui a permis à son équipe de rester dans la partie à des moments cruciaux du match où les Lionnes commençaient à creuser l’écart. C’est elle qui, par exemple, parvient à limiter les dégâts quand le BLMA est en difficulté au début du deuxième quart-temps. De même, c’est elle qui permet à son équipe de prendre quatre points d’avance sur les Lyonnaises à la fin du troisième. Adroite tout au long du match et présente dans les moments clutch, Peddy a tout simplement réalisé une performance de très haut calibre. Seule l’issue du match, favorable aux Lionnes dans les dernières secondes, aura pu l’empêcher de repartir avec le titre de MVP de la soirée.

— Gabby Williams, numéro #15 du BLMA (équipe WNBA: Chicago Sky)

Belle performance aussi de Gabby Williams côté montpelliérain. En double double avec quatorze points et douze rebonds, la sophomore du Chicago Sky a su s’illustrer en attaque comme en défense. Faisant preuve d’agressivité vers le cercle dès le premier quart-temps, elle parvient à mettre à profit son sens du collectif pour servir ses coéquipières, et s’illustre ainsi en tant que meilleure passeuse de la soirée pour le BLMA avec quatre passes décisives. Moins visible dans le deuxième quart-temps, elle revient en force avec une adresse bienvenue pour le BLMA en ouverture du troisième quart-temps. Mais surtout, elle finit le match en apothéose, en marquant à elle seule sept points à la suite, qui permettent de ramener le BLMA à égalité, dans le money time. Avec une évaluation totale de vingt-trois, nul doute que Gabby a réussi à rendre l’hommage qu’elle souhaitait dédier à ses amis disparus.  

https://twitter.com/gabbywilliams15/status/1222068078323826688?s=20

— Sami Whitcomb, numéro #32 du BLMA (équipe WNBA : Seattle Storm)

Contrairement à l’habitude, Sami Whitcomb l’arrière du Seattle Storm, n’a pas débuté la rencontre dans le cinq majeur du BLMA. Entrée à trois minutes de la fin du premier quart-temps, elle s’illustre — derrière la ligne des trois points, comme à son habitude — dès le début du deuxième pour essayer de remettre le BLMA dans la partie. Si elle finit avec un beau quatre sur six derrière la ligne, Sami a aussi contribué au score en pénétrant dans la raquette. Aidée par un écran de Diantra Tchatchouang, elle se défait par exemple de la défense de Marine Johannès pour aller un magnifique and-one face à Héléna Ciak au début du deuxième quart-temps. Il est sur que ses dix-huit points auront été essentiels pour permettre au BLMA de rester dans la course à la victoire jusqu’au dernier moment. 

— Marine Johannès, numéro #23 de l’ASVEL (équipe WNBA : New York Liberty)

Fidèle à elle-même, Marine Johannès commence le match en s’illustrant dans ses deux domaines de prédilection : à trois points, où elle est efficace dès sa deuxième tentative, et à la passe, où elle sert par exemple magnifiquement Michelle Plouffe en contre-attaque. Toutefois, à quatre sur quatorze au tir, on peut dire que l’adresse a un peu fait défaut à la lionne sur le reste de la rencontre. Elle a néanmoins su s’affirmer dans d’autres domaines, comme avec un contre assassin sur Romane Bernies en ouverture du quatrième quart-temps, ou encore avec six passes décisives, qui ont fait d’elle la meilleure passeuse de la soirée.

https://www.instagram.com/p/B7feAY4j8KA/

— Alysha Clark, #77 de l’ASVEL (équipe WNBA : Seattle Storm)

Le match d’hier n’aura pas été pas le match où Alysha Clark se sera le plus illustrée de la saison. Toutefois, son score total d’évaluation (13) prouve qu’elle aura néanmoins su être un élément important dans la victoire de son équipe. Si elle manque de réussite derrière la ligne, en dépit de sa qualité de shooteuse la plus adroite à trois points la saison dernière en WNBA (48%), elle réussit à s’illustrer ailleurs, notamment sur le plan défensif. Avec quatre interceptions et une détermination sans faille pour protéger son panier, l’ailière du Storm aura su mobiliser les qualités qui lui avaient valu d’être nommée dans la « All defensive second team » à la fin de la saison WNBA 2019. Retrouvant un peu de son adresse à la fin du match, elle permet aux Lionnes de reprendre l’avantage à quatre minutes du coup de sifflet final, alors que les Gazelles étaient revenues à égalité. Ses dix points, ses quatre passes et ses quatre interceptions auront été importants pour la victoire de l’ASVEL.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *