Erica Wheeler est la première recrue des Sparks

On attendait les Los Angeles Sparks au tournant après les départs de Candace Parker et Chelsea Gray. Pour entamer ce nouveau chapitre et accompagner Kristi Toliver au sein du backcourt, Derek Fisher a donc misé sur Erica Wheeler.

La joueuse d’Indiana n’a pas disputé la dernière saison pour des raisons de santé et ses tweets des derniers jours laissaient effectivement penser qu’on ne la reverrait plus sous le maillot du Fever. La MVP du All-Star Game 2019 – si vous ne connaissez pas son histoire, on vous conseille d’y jeter un coup d’oeil – a confirmé ce pressentiment en s’engageant en Californie pour un contrat de plusieurs saisons selon Winsidr.

Evidemment, on ne remplace pas Chelsea Gray, l’une des meilleures meneuses de la planète, en un claquement de doigts. Mais parmi les guards encore disponibles à ce stade de la free agency, Erica Wheeler n”était pas loin d’être ce qui se faisait de mieux. La joueuse de 29 ans, actuellement avec le Nadezhda Orenburg en Euroleague, est capable d’apporter du jus, de l’intensité et un certain sang froid offensif au groupe angeleno. En 2019, elle tournait à plus de 10 points et 5 passes à un peu moins de 40% à 3 points. Kristi Toliver sera peut-être plus chargée de l’organisation du jeu et Erica Wheeler de mettre du punch à l’attaque. Sur le papier, le tandem semble en tout cas complémentaire.

Le Fever n’a pas encore réussi de coup significatif dans cette free agency. Avec le départ d’Erica Wheeler, Marianne Stanley perd une arrière supplémentaire dans un secteur où Julie Allemand a fini la saison dans la Wubble sur les rotules à cause d’un temps de jeu faramineux. La Belge, épatante pour sa saison rookie, n’est d’ailleurs pas encore certaine de disputer la saison puisque l’Eurobasket et les JO sont possiblement au programme des Cats. Des maux de tête en prévision pour Tamika Catchings…

On attend en tout cas de voir la légende en action après une première année pas évidente dans son nouveau job. La GM d’Indiana a vu Betnijah Laney, qu’elle avait coupé quelques semaines plus tôt, devenir une MIP avec Atlanta et une joueuse de niveau All-Star recrutée par New York. Puis elle a tenté le coup avec Candace Parker et vraisemblablement Nneka Ogwumike, à chaque fois en vain. Il reste du temps au Fever pour construire un effectif compétitif capable de faire mieux que lors de la décevante 2020.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *