fbpx

Pourquoi DeWanna Bonner fait de Connecticut une machine de guerre

La free agency n’est pas terminée en WNBA. Mais à l’heure qu’il est, l’un des plus gros coups de l’intersaison à clairement été réalisé par le Connecticut Sun. Finalistes malheureuses l’année dernière contre les Washington Mystics, les filles de Curt Miller ont tout simplement recruté celle qui était sans doute LA free-agent la plus prisée. Celle dont il était sans doute aussi le plus difficile de deviner la destination. DeWanna Bonner, double championne WNBA avec Phoenix et lieutenant fondamental des campagnes victorieuses du Mercury en 2009 et 2014, a choisi la Mohegan Sun Arena pour le premier changement majeur dans sa vie professionnelle.

Si Bonner était aussi prisée – elle a révélé avoir été contactée par TOUTES les franchises de la ligue, ce n’est pas pour rien. Eclipsée médiatiquement par Diana Taurasi et Brittney Griner, la triple All-Star n’en est pas moins l’une des toutes meilleures joueuses de la ligue. L’une des plus polyvalentes aussi, puisque ses qualités physiques (1,93 m) et techniques lui permettent d’évoluer indifféremment au poste 3 et 4, en créant des mismatchs assez croustillants. Il faut bien se rendre compte que si le Sun a perdu l’exaltante Courtney Williams, adorée du public, elle a récupéré ce que n’était pas “Coco” : une ailière très expérimentée capable d’ôter énormément de pression aux deux autres stars de l’équipe.

L’arrivée de DeWanna Bonner permet en effet à Curt Miller de pouvoir aligner le frontcourt le plus terrifiant de la ligue sur le papier : DeWanna Bonner au poste 3, Alyssa Thomas en 4 et Jonquel Jones en 5. Intégrer la longiligne et létale Bonner, 17 points et 7 rebonds de moyenne la saison dernière, et son ancienne coéquipière Briann January à ce groupe le rend au moins aussi crédible dans la lutte pour le titre que la saison dernière.

Il n’y a personne comme Alyssa Thomas. Quand elle attrape un rebond et démarre, c’est comme si un train fonçait sur toi

DeWanna Bonner (Connecticut Sun)

L’ancienne universitaire d’Auburn est sortie de son silence pour expliquer sa décision, elle pour qui le choix final s’est finalement fait entre Connecticut et Dallas. Bonner a expliqué en détails ce qui avait penché la balance en faveur du Sun.

C’était un peu oppressant au début (d’être aussi sollicitée). Mais c’était assez sympa de savoir qu’autant d’équipes différentes pensaient que je pouvais les aider. Connecticut a un roster vraiment talentueux. Je les ai regarder passer près du titre la saison dernière et j’ai été vraiment impressionnée par la dureté de leur jeu. On pouvait voir à quel point elles marchaient bien ensemble sur le terrain. J’adore leur style de jeu et je me suis dit que le mien se fondrait bien dans leur système”.

DeWanna Bonner a ensuite passé au crible les fortes individualités qui composent le roster qu’elle a décidé de rejoindre.

“Jonquel Jones est une joueuse incroyable. Le fait qu’elle soit capable de s’écarter et de shooter à 3 points avec cette taille fait d’elle un match-up vraiment difficile”.

“Il n’y a personne comme Alyssa Thomas. Quand elle attrape un rebond et démarre, c’est comme si un train fonçait sur toi. Je suis heureuse d’être enfin du même côté !”

“Jasmine Thomas n’a pas la reconnaissance qu’elle mérite. Pour moi, elle est la meilleure meneuse de la ligue en défense et est aussi devenue une menace offensive effrayante pour l’adversaire”.

“Bria Holmes est sur le bon chemin aussi. Je sais ce que c’est de revenir après avoir passé un break d’un an pour son bébé. Ce qu’elle a fait est impressionnant et je pense qu’elle va franchir un cap cette saison”.

“Pouvoir à nouveau jouer avec Briann January est une vraie surprise. C’est une compétitrice vraiment féroce”.  

L’appétit est palpable chez l’ancienne universitaire d’Auburn. Sa décision a fait moins de bruit que le départ de Skylar Diggins-Smith à Phoenix, ceux de Seimone Augustus et Kristi Toliver à Los Angeles, où même celui de Courtney Williams pour Atlanta. Mais ce move est peut-être bien celui qui aura le plus d’impact sur l’échiquier de la saison 2020. Début de réponse dans deux mois et demi. Le Sun pourra alors mettre en action son plan de marche : dominer ses adversaires athlétiquement tout en défendant le plomb. Le backcourt Jasmine Thomas-Briann January comptabilisent 10 présences dans des All-Defense First Teams et 649 interceptions en carrière. Le tandem Jonquel Jones-Alyssa Thomas a fait ses preuves dans l’exercice : la “Bahamian Beast” était dans le meilleur cinq défensif 2019 et sa camarade “AT” dans le second, comme en 2017. On souhaite bon courage aux adversaires pour briser la muraille.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *