C’est fait : le Storm s’envole vers les finales

Seattle : Breanna Stewart : 31 pts, 7 assts, 6 rbds • Sue Bird : 16 pts, 9 assts • Mercedes Russell : 9 pts, 6 rbds
Minnesota : Napheesa Collier : 22 pts, 15 rbds • Damiris Dantas : 16 pts, 7 rbds • Crystal Dangerfield : 16 pts, 5 rbds

On savait avant même le début de ce match qu’il avait le potentiel d’être décisif. Avec deux victoires à leur actif avant le début de la rencontre, dans ces demi-finales jouées au meilleur des cinq matchs, les joueuses du Seattle Storm avaient déjà posé une belle option sur une potentielle qualification pour les quatrièmes finales de l’histoire de la franchise. En dépit des efforts des Lynx de Cheryl Reeve, qui n’auront pas démérité lors de la série, c’est désormais chose faite. Retour sur le match qui a scellé le sort de Minnesota.

D’entrée de match, les deux équipes font preuve d’une belle intensité. Les Lynx sont emmenées par une Damiris Dantas qui confirme sa grande forme sur la série en signant d’emblée deux paniers à trois points, pour offrir à son équipe un run de 6-0. Mais de l’autre côté du terrain, les joueuses du Storm ne se laissent pas faire. Dans le sillage d’une Breanna Stewart qui, après deux performances moyennes, semble décidée à prendre le scoring de son équipe à son compte, elles infligent un run de 15-0 à des Lynx qui, en plus de manquer de réussite, multiplient les pertes de balles. Dès la fin du premier quart-temps, l’addition est salée pour les filles de Cheryl Reeve : le Storm mène 24 à 12.

Malheureusement pour Minnesota, la tendance ne s’inverse pas lors des dix minutes suivantes. Si les filles de Cheryl Reeve parviennent à profiter quelques instants du repos des joueuses cadres du Storm en début de deuxième quart-temps, le retour de bâton ne tarde pas à se faire sentir. Que la plus prestigieuse des récompenses individuelles ne lui ait pas été décernée cette saison n’empêche pas Breanna Stewart de jouer en mode MVP. Impresionnante de facilité, la numéro 1 de la draft 2016 réussit quasi tout ce qu’elle entreprend. Dans le camp d’en face en revanche, son ancienne cooéquipière d’UConn, Napheesa Collier, peine en attaque, où elle se fait bien plus discrète que d’ordinaire, malgré un apport défensif intéressant. L’énergie insufflée aux Lynx par le duo Dantras/Dangerfield — les deux seules joueuses de Minnesota à dépasser la barre des dix points — ne suffit pas pour que les filles de Cheryl Reeve soient en mesure de refaire leur retard avant la mi-temps : elles rentrent logiquement aux vestiaires avec un déficit de quinze points — 46-31.

Malgré une première mi-temps difficile, les Lynx reviennent sur le terrain avec le couteau entre les dents. Une énergie collective retrouvée et un run de 8-0 suffisent un temps à les relancer dans la partie : voilà qu’entre les filles de Reeve et leur adversaire du soir, il n’y a plus que sept points d’écart (48-41). Mais le collectif du Storm résiste, et Breanna Stewart a décidé qu’elle ne laisserait pas passer cette occasion de se hisser jusqu’aux finales pour la deuxième fois de sa carrière déjà : rebonds, pénétrations dans la raquette, tirs à trois points, “Stewie” est tout simplement partout. Résultat, le Storm compte toujours une avance de treize points (64-51) après trente minutes de jeu.

Les dix dernières minutes du match sont tout simplement à l’image de la rencontre. Les Lynx ne lâchent rien, mais la machine-Storm est inarrêtable. Qu’ils soient signés Breanna Stewart, Jewell loyd ou Epiphanny Prince, les trois points s’enchaînent un à un. Quant à Sue Bird, elle s’offre même le luxe d’aller chercher un and one dans la raquette, comme au bon vieux temps. Avec seize points et neuf passes décisives, la légende de l’Emerald City signe une très belle performance, à côté des strastosphériques trente-et-un points et neuf rebonds de Breanna Stewart. Score Final : 92-71. Le Storm file vers les finales !

https://twitter.com/seattlestorm/status/1310326177593135104?s=20

Malgré le résultat du soir, les Lynx peuvent être fières de leur saison : nul doute qu’en se hissant jusqu’aux demi-finales, elles auront surpris plus d’un observateur. Ces trois défaites conclusives face au Storm n’enlèvent rien à ce beau parcours. Mais ce soir, l’adversaire était trop fort.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *