Le Titre IX, l’amendement sans lequel il n’y aurait pas de WNBA

Nous sommes en 1972 et, aux Etats-Unis, le président Richard Nixon paraphe le titre IX des amendements sur l’éducation. Celui-ci est porté à bout de bras par 2 femmes : Patsy Mink et Edith Green. Le titre IX sera d’ailleurs rebaptisé Patsy T. Mink Equal Opportunity in Education Act à la disparition de cette dernière en 2002.

Son contenu, lui, est court, net et précis :

Aux États-Unis, aucune personne ne devra être, sur la base de son sexe, exclue de participer, se voir refuser les bénéfices ou être soumise à discrimination concernant tout programme éducatif ou activité recevant une assistance financière fédérale.

United States Code Title 20 Chapter 38 Section 1681

Très concrètement, cela signifie que les bourses sportives deviennent accessibles pour les jeunes filles. Cet amendement signe donc le début des compétitions universitaires desquelles découleront, ensuite, les ligues professionnelles. C’est le début du sport féminin américain en somme…

Avant 1972, le néant

Il faut imaginer qu’avant le titre IX, dans les années 60, seule une femme sur 27 pratiquait une activité sportive au lycée. 50.000 bourses sportives étaient distribuées aux hommes chaque année contre… 50 pour les femmes.

A l’époque, de nombreux stéréotypes sur la gente féminine et le sport avaient la dent dure et des raisons biologiques étaient même invoquées pour justifier l’interdiction de pratiquer du sport : le corps des femmes était bien trop fragile pour un exercice physique intense, les jeunes femmes pouvaient être gravement blessées en faisant du sport ou, pire encore, l’exercice physique pouvait les rendre stériles.

Malgré cela, quelques pionnières ont réussi à faire avancer les choses avant 1972. Citons surtout Lin Dunn, coach des Seattle Storm entre 2000 et 2002 et du Fever d’Indiana entre 2008 et 2014, qui a permis à l’université de Tennessee-Martin d’avoir une équipe de basket féminin en 1969. Un véritable tour de force dans le contexte de l’époque.

Des débuts laborieux

Si 1972 marque la signature de l’amendement, un délai “raisonnable” a été octroyé aux différentes universités pour appliquer son contenu dans la pratique. Certaines universités font même de l’obstruction et on doit donc attendre la saison 1981-82 pour assister à la première compétition universitaire de basketball féminin organisée par la NCAA (National Collegiate Athletic Association).

Pour la petite histoire, les premières championnes de la NCAAW sont les Lady Techsters de Louisiana Tech.

L’équipe de Louisiana Tech en 1982

Il aura donc fallu près de 10 ans après la signature du titre IX pour que les femmes puissent bénéficier du même système de compétition que les hommes. Mais l’histoire est en marche.

Le titre IX et la WNBA

La WNBA ayant été créée en 1996, aucune joueuse n’a évidemment bénéficié directement du titre IX. Néanmoins, il est évident que la ligue n’existerait pas sans le travail de Patsy Mink et Edith Green. Cheryl Reeve, la coach et General Manager des Minnesota Lynx, en a bien conscience :

Cela me stupéfie. Je me sens incroyablement triste pour celles qui, avant moi, voulaient faire quelque chose – elles avaient peut-être un talent incroyable et une passion pour un sport – mais on leur a dit non.

Chery Reeve

Cheryl Reeve s’est également exprimée sur l’importance de la sensibilisation des joueuses et des fans à tout ce qui entoure le Titre IX : “Je trouve cela indispensable d’en parler et pas seulement autour de la date anniversaire de la signature. C’est quelque chose dont nous parlons avec nos joueuses. Je parie que si je vais voir mes jeunes joueuses et que je leur dis de me parler du titre IX, elles ne sauront probablement pas m’en dire grand chose. Elles en ont sans doute entendu parler. Elles ont probablement entendu l’expression “Titre IX” et savent peut être qu’il s’agit d’une forme de législation mais elles ne pourront probablement pas m’en donner les détails, l’histoire autour de cet amendement et pourquoi il est important, l’impact qu’il a eu sur leur carrière”.

Connaitre son passé pour construire son avenir, voilà comment continuer à avancer car le travail de reconnaissance du sport féminin est loin d’être fini. Néanmoins, savoir ce que le titre IX a changé pour de nombreuses athlètes du monde entier est une petite victoire a chérir précieusement.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *