10 choses que j’ai adorées cette saison

On a bien failli ne pas avoir de saison WNBA cette année… mais ç’aurait été si triste ! Circonstances et contextes particuliers, mais au final, une expérience originale dont je retiendrai 10 éléments qui m’ont particulièrement emballée.

  1. Say Her Name. Le fait d’écrire beaucoup sur la WNBA fait qu’on se sent impliqué, c’est assez logique. Je pense pouvoir avancer le fait que c’est le cas de toute l’équipe de Swish Swish. Quelle fierté, donc, d’avoir vu le combat mené par les joueuses tout au long de cette saison et de savoir qu’à notre niveau, en mettant en lumière la ligue, nous les accompagnons dans leurs revendications.
  2. Sue et Diana. Pour qui a connu la saison 2018 et sans savoir combien de temps Sue et DT pourront encore jouer, chaque minute passée sur le parquet par ces 2 monstres sacrés doit être chérie et appréciée. Ce n’est pas vivre dans le passé, c’est juste apprécier le présent 😇
  3. Les enfants de la Wubble. En général, je n’aime pas les autres enfants que les miens. C’est dit ! Mais il faut bien reconnaître que les petits présents dans la Wubble ont apporté un vent de fraicheur à cette saison.
  4. Mes copains de Swish Swish. Quel bonheur d’avoir eu nos petits rendez-vous Podcast du lundi, de nous être dispatché les matchs pour essayer d’assurer un maximum de couverture. Shaï, mi-vampire, m-dauphin mais full life saver + Liv à l’âme aussi belle que sa plume + Flo, premier des premiers, équipé d’un cerveau Intel Pentium Double Processeur = plein de gros coeurs dégoulinants de guimauve.
  5. Julie, Bria, Emma et Gabby. On attendait Marine, Olivia et Valériane mais on ne va pas se mentir, nos représentantes françaises et belges dans la Wubble nous ont offert de très beaux moments de fierté patriotique. Et sans être gorgé de chauvinisme, ça fait toujours plaisir.
  6. Les éternelles belles histoires de la WNBA. Crystal Dangerfield, Shey Peddy, Betnijah Laney, Myisha Hines-Allen : l’explosion ou les moments de gloire de certaines joueuses nous ont ému ou fait vibrer. 2020 aura clairement été une saison d’outsiders… à part les championnes, je vous l’accorde 😆
  7. Le côté Club Med. Le fait d’être hébergé sur un campus sportif en Floride a permis de donner un côté légèrement “Bip bip ?! Ouais !!!” lors des moments de repos des joueuses. On a ainsi eu droit à des images de parties de golf, d’aquagym, de tennis de table mais aussi de Floor is Lava au sein de certaines villas.
  8. Les Fashion Facts. Entre la coupe et le bandeau de Bill Laimbeer, les chemises de Curt Miller et les fichus de Megan Rapinoe, nous avons eu plus d’une occasion de toucher du doigt la beauté et l’élégance dans la Wubble.
  9. La réactivité de la WNBA. On annonçait un vent nouveau avec l’arrivée de Cathy Engelbert et on y est. L’organisation de cette saison a été rondement menée, chaque début de problème a été pris à bras le corps par la ligue dès son apparition et au final, l’expérience Wubble est 100% positive. La ligue a clairement marqué un grand coup cette année, pour notre plus grand plaisir.
  10. La communauté #WNBAFr. Des communautés toxiques, sur le net et dans le milieu du sport, il y en a un paquet. Quel bonheur d’évoluer au milieu de gens passionnés, réfléchis et positifs. L’audience de Swish Swish peut paraitre anecdotique à côté de certains mastodontes du sport ou du basket masculin mais, très clairement, dans notre cas, qualité > quantité.

Merci à vous tous de nous avoir suivi cette saison 🏀❤️



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *