Diana Taurasi poursuit son histoire à Phoenix, profitons encore un peu de la légende

En voyant son amie Sue Bird remettre le couvert pour une saison, Diana Taurasi ne pouvait quand même pas jeter l’éponge cette année. Pas après avoir montré qu’elle avait encore le niveau pour être l’une des meilleures joueuses de la ligue. Comme elle l’avait indiqué il y a quelques semaines, la légende de Phoenix n’arrêtera pas tant qu’elle ne se sent pas dépassée sur le terrain et la nouvelle de ce lundi est venue confirmer cette volonté.

Shams Charania, l’un des deux cracks du scoop en NBA, a été le premier à révéler la décision de “DT” – pas forcément une excellente nouvelle, puisque comme à chaque fois qu’un média mainstream parle de WNBA, les idiots ont débarqué en escadrilles dans les commentaires… Bref, passons et revenons à l’essentiel.

Si on s’attendait à ce Diana Taurasi prolonge avec le Mercury, la petite surprise vient du fait que c’est a priori un contrat sur plusieurs saisons qu’elle va parapher avec son équipe de toujours. On aura donc, sauf pépin physique, droit à au moins deux saisons de bonheur supplémentaire avec DT !

Celle qui fêtera ses 39 ans lorsque débutera la saison 2021 en WNBA va tenter de guider le Mercury vers un quatrième titre, histoire d’imiter sa copine Sue et s’éviter quelques discussions houleuses lors des apéritifs chez les Bird-Rapinoe dans quelques années. Est-ce que ce sera réalisable sans un petit lifting de l’effectif ? Rien n’est moins sûr. Les rumeurs continuent d’affluer autour du cas de Brittney Griner et des relations qu’elle entretiendrait avec le front office, le staff et Diana Taurasi, qui est quand même quelque part un peu la patronne des lieux.

Le trio avec Skylar Diggins-Smith n’a pas pu être testé pendant bien longtemps, puisque Griner avait quitté la Wubble de Bradenton pour des raisons toujours mystérieuses à ce jour. Une chose est certaine, si Diana Taurasi a décidé de poursuivre sa carrière, qui plus est à Phoenix, ce n’est pas simplement parce qu’elle a peur de s’ennuyer. Les éléments doivent être réunis, de son côté comme de celui du Mercury, pour être capable de jouer le titre cette année.

De notre côté, qu’importe ce que sera capable de réaliser Phoenix. On veut juste pouvoir profiter tant que c’est possible de la présence d’une légende vivante du basket en WNBA. Après la prolongation de Sue Bird, les amoureux de vieilles gloires que nous sommes ont forcément le sourire en ce début de semaine !



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *