fbpx

Elena Delle Donne

La famille avant tout

Née le 5 septembre 1989 à Wilmington, siège du comté de New Castle dans l’État du Delaware, Elena Delle Donne est restée fidèle à sa région d’origine et en est un fier porte drapeau :

Fille de Ernest et Joan Delle Donne, c’est à ses parents qu’elle doit sa grande taille. Elena culmine à 1 mètre 96, elle a donc dû apprendre à faire de sa taille un atout. Cette acceptation n’a pas été sans difficulté et elle a récemment remercié sa maman d’avoir refusé les injections proposées par les médecins dans le but de stopper sa croissance :

Elle mesure 1m88 et mon père 1m98 donc elle comprenait ce que je vivais. Elle m’a dit : “Ecoute ce que je te dis : un jour, tu réaliseras combien ta taille est un atout.” Elle me disait toujours combien j’étais unique et ajoutait : ” Pourquoi vouloir être comme les autres ? Sois toi-même.”

Elena Delle Donne, à propos de sa mère Joan

Elena raconte d’ailleurs son histoire et le cheminement pour accepter ce corps hors norme dans une série de livres pour jeunes adolescent(e)s : Hoops.

Si Elena est l’athlète et la personne qu’elle est aujourd’hui, c’est en grande partie à sa famille qu’elle le doit. Petite dernière d’une famille de 3 enfants, elle grandit dans un cocon familial très soudé entre une grande soeur, Lizzie, lourdement handicapée et un grand frère, Gene, qu’elle prend comme modèle. Lizzie, née aveugle et sourde mais souffrant également d’autisme et d’infirmité motrice cérébrale est une source d’inspiration pour Elena. Elle a d’ailleurs écrit, en 2015, un texte très touchant dans lequel elle parle de sa soeur, intitulé sobrement Lizzie. Elle est encore, actuellement, très proche de sa famille.

Et le sport dans tout cela ? Inspirée par son grand frère, elle a commencé le basket dès l’âge de 4 ans, des étoiles dans les yeux en regardant jouer Michael Jordan et Sheryl Swoopes. On a connu pires modèles…

Du moment qu’il y a une balle…

Elena commence à être reconnue au niveau national alors qu’elle joue à Ursuline Academy, un lycée féminin avec lequel elle décroche 4 titres de l’Etat du Delaware. En parallèle, elle joue également au volley avec succès puisqu’elle remporte également un titre d’état. Quand on est bon, on est bon…

Elle est la première et seule joueuse de Ursuline Academy à avoir marqué plus de 2000 points durant sa carrière de lycéenne. Elle est donc naturellement nommée WBCA All-American. En 2007, elle participe au WBCA All Star Game où elle marque 17 points et est élue MVP de son équipe.

Une carrière universitaire chamboulée

Très logiquement, elle obtient une bourse pour étudier à la très prestigieuse Université du Connecticut mais après 2 jours passés au camp de préparation en juin 2008, elle quitte le Connecticut et rejoint l’Université du Delaware. Gene, son grand frère, expliquera qu’Elena n’était pas prête à s’éloigner de sa famille et en particulier de Lizzie. De plus, chez les Blue Hens, elle a l’opportunité de continuer à jouer au volley. Lors de la saison 2008-2009, elle fera d’ailleurs un break au niveau basketball et ne jouera qu’au volley, Ce sera sa dernière saison comme volleyeuse et pour la saison 2009-2010, elle rejoint l’équipe de basket de l’Université du Delaware. Comme toujours chez Elena, sa famille n’est pas étrangère à tout cela : durant l’été 2009, lors d’une visite à l’école de Lizzie, une fan de basket, en fauteuil roulant à cause d’une infirmité motrice cérébrale, lui dira “Elena, fais tout ce que tu peux avec tes capacités, comme nous le faisons.”

© Danny Karwoski

Elena commence donc sa carrière universitaire sur les chapeaux de roue avec une moyenne de 26.7 points par match. Elle détient le record de points en un match avec 54 points marqués. Elle est nommée rookie de la semaine à six reprises et joueuse de la semaine une fois durant la saison 2009-10.

Lors de sa saison somophore, elle développe des symptômes grippaux assez importants et après de nombreux examens, les médecins diagnostiquent à Elena la Maladie de Lyme, une maladie infectieuse contre laquelle elle lutte toujours aujourd’hui. Cette deuxième saison sera donc marquée par la maladie même si Elena aidera son équipe à se qualifier pour la finale du tournoi de la conférence. Au niveau de ses statistiques, la maladie n’aura aucun effet sur son habilité aux lancers francs puisqu’elle finit la saison avec un pourcentage incroyable de 94,4% (166/177) et une moyenne de 25,3 points sur les 22 rencontres jouées.

Durant l’été 2011, Delle Donne est sélectionnée pour faire partie de l’équipe américaine de basket-ball des Jeux mondiaux universitaires de 2011 en Chine. Elena mène l’équipe à une médaille d’or avec un ratio parfait de 6 victoires pour 0 défaite et une moyenne de 15.7 points, 8.5 rebonds et 3.0 passes décisives.

Pour sa 3ème saison universitaire, en junior, elle manque 4 matchs à cause de la maladie de Lyme. Malgré cela, l’intérêt du public envers EDD ne cesse de croître avec, à la clé, un record d’affluence lors d’un match. Niveau statistique, elle poursuit sur la même lancée avec 28.1 points à 52% (41 % à trois points) et plus de 10 rebonds de moyenne.

Enfin, pour sa dernière année, en senior, elle marque plus de 30 points à cinq reprises, aidant son équipe à atteindre un record de 27 victoires et 3 défaites en saison régulière dans les tournois de conférence de la Colonial Athletic Association.

Après cette réussite en CAA, les Blue Hens sont tête de série #6 en NCAA, la division I. Elles gagnent contre West Virginia (tête de série #11) et North Carolina (tête de série #3). Les Blue Hens se heurtent ensuite à la tête de série #2, Kentucky, malgré les 33 points d’Elena.

En février 2013, c’est donc avec le record de points marqués dans l’histoire de la CAA qu’Elena Delle Donne se présente à la draft de la WNBA, en même temps que Brittney Griner et Skylar Diggins.

Les débuts à Chicago

Draftée en 2ème position par les Chicago Sky, EDD a connu des débuts tonitruants dans la grande ligue. Après un premier match gagné contre les Phoenix Mercury de Griner et 22 points marqués, l’affluence aux matchs des Sky explosent : 2000 personnes supplémentaires encouragent désormais Chicago à l’Allstate Arena. Une autre première pour Elena est sa sélection au All Star Game avec le plus de voix obtenues toutes joueuses confondues, du jamais vu pour une rookie. Elle ne pourra malheureusement pas jouer le match suite à une commotion cérébrale mais sa place est faite parmi l’élite. EDD offrira d’ailleurs au Sky une première qualification historique pour les playoffs. Et sans surprise, elle est nommée rookie de l’année, à l’unanimité.

Les saisons 2014, 2015 et 2016 sont rythmées par des performances incroyables d’EDD mais aussi par des blessures et le retour épisodique de la maladie de Lyme. Elle est notamment élue MVP de la saison 2015 et est reprise dans le meilleur 5 de la WNBA en 2015 et 2016. Avec Elena à bord, les Sky se qualifient chaque année pour les playoffs, s’offrant même le luxe d’une finale WNBA en 2014.

A la fin de la saison 2016, Elena demande à être transférée. Elle le sera fin janvier 2017, après avoir menacé de boycotter la saison complète si Chicago ne la transfère pas. Elle est alors envoyée au Washington Mystics, non loin de Wilmington, sa ville natale dans le Delaware. En éhange d’EDD, les Sky reçoivent Stefanie Dolson, Kahleah Copper et le 2ème choix de la draft 2017.

Pour Elena, c’est un nouveau chapitre qui s’ouvre au niveau sportif mais aussi dans sa vie privée : en novembre 2017, elle épouse Amanda Clifton, sa fiancée.

En route vers la capitale

L’arrivée à Washington permet à Elena de continuer sur sa lancée avec plusieurs performances notables : 27 points contre les Sparks, 29 points contre les Stars, un record en carrière de 37 points contre les Storm… Malheureusement, elle n’est pas épargnée par les blessures : sa cheville puis son pouce la force à rester éloignée des parquets durant plusieurs matchs. Malgré cela, et pour la première fois de leur histoire, les Mystics se hissent jusqu’en demi-finale où elles seront battues par les Lynx.

Malgré l’absence d’Emma Meesseman durant la saison 2018, celle-ci sera exceptionnelle pour les Mystics et pour EDD. Les Mystics décrochent en effet une place en finale WNBA (une première !), perdue contre les Seattle Storm de Bird et Stewart. Elena, elle, présentera des lignes de statistiques incroyables : elle est la meilleure marqueuse de la ligue avec 27.0 points inscrits, tout en se classant sixième de la conférence Est aux rebonds (6.5), quatrième à l’adresse (55,6 %) et deuxième aux interceptions (2.0).

Et pour couronner cette saison déjà auréolée de succès, elle remporte le championnat du Monde FIBA avec les Etats-Unis.

Le suite de l’aventure d’Elena ? Elle est à suivre cette saison, sur les parquets de la WNBA et sur Swish Swish.