fbpx

Pas de Jeux Olympiques en 2020, quelles implications pour Ann, Sue et les autres ?

Le Comité International Olympique a annoncé ce que l’on pressentait depuis un moment : les JO 2020 qui devaient avoir lieu à Tokyo cet été sont reportés. Quand ? Pas encore de réponse précise, mais au plus tard à l’été 2021.

Si la décision prise est évidemment logique au vu de la crise sanitaire qui secoue la planète entière, on ne peut s’empêcher de penser à certaines athlètes pour lesquelles les JO de cet été étaient une façon grandiose de quitter le devant de la scène sportive ou du moins leur sélection nationale.

Ann Wauters

A 39 ans, Ann Wauters souhaite mettre le point final à son extraordinaire carrière en participant à la seule compétition qui manque encore à son CV, les Jeux Olympiques. Elle souffre malheureusement de problèmes aux genoux mais la flamme, elle, est toujours intacte. Pourra-t-elle attendre encore un an ?

Dans une interview donnée juste avant la décision officielle à Hans Jacobs et Patrick Ceulemans pour le journal Nieuwsblad, Ann Wauters déclare :

La chose la plus difficile à accepter est que mon esprit veut toujours, mais que mon corps peut faire de moins en moins. Mais peu importe à quel point mes genoux me font mal, je ne veux pas vous dire au revoir maintenant.

Ann Wauters

Si les saisons des différentes ligues reprennent comme prévu, il ne serait donc pas impossible de voir Ann Wauters s’engager pour une nouvelle saison avec un club professionnel et essayer de garder le rythme et de tenir jusqu’à cette fameuse échéance de 2021. Et enfin, aller à Tokyo, en 2021, “le meilleur endroit pour se casser les genoux”…

Sue Bird

A 39 ans, après une saison blanche à cause de problèmes de genoux également, Sue Bird s’apprêtait à reprendre pour une 18ème saison avec les Seattle Storm. Oui, 18, comme 10 et 8…

A l’heure actuelle, aucune nouvelle n’a été communiquée sur le début de la saison de WNBA. Mais on s’attend également, sauf bonne surprise, au minimum à un report. Cette crise couplée à l’annulation des JO en 2020 pourrait-elle précipiter la fin de carrière de Sue Bird ? Et bien a priori non. Cette dernière a ainsi déclaré dans un podcast qu’elle aimerait beaucoup voir la salle des Storm, la Key Arena, rénovée. Et les Storm ont prévu un retour dans leur antre en 2021. Tout cela, évidemment, est de l’ordre du souhait puisque Sue a conscience de la fragilité de ses genoux.

Il y a évidemment une différence entre ce que l’esprit veut et ce que le corps peut, mais sauf blessure majeure, on est en droit d’espérer voir la plus célèbre #6 de l’histoire de Team USA à Tokyo en 2021. En tout cas, on peut brûler un cierge pour que ça arrive !

Diana Taurasi

Après nos deux compères de 39 ans, il reste la jeunette de 37 ans, Diana Taurasi. DT se remet, elle, d’une délicate opération au dos et la saison 2019 qu’elle a disputé fort diminuée n’était clairement pas à la hauteur de son talent. Si aucune date de fin de carrière n’a été officiellement annoncée par Dee, il y a fort à parier que la suite de sa carrière sera en fonction de sa capacité à revenir à un niveau qu’elle estime correct.

Si la possibilité d’aller chercher une 5ème médaille d’or olympique est une belle carotte pour avancer, le tempérament de Diana Taurasi est difficilement compatible avec le fait de ralentir et d’accepter d’être une joueuse de sortie de banc, par exemple. Le niveau qu’elle affichera à son retour sur les parquets (qu’on souhaite le plus rapide possible) devrait donc rapidement nous donner une indication de sa présence ou non à Tokyo en 2021.

Et pour l’équipe de France ?

© Cl0_11

Moins de crainte à avoir du côté de l’équipe de France où aucune des joueuses sélectionnées ne devrait avoir de soucis à attendre une année supplémentaire pour essayer d’inscrire son nom au palmarès des Jeux Olympiques. On peut néanmoins nourrir des regrets car, en termes de momentum, la France est actuellement dans une phase plus que positive avec un TQO parfaitement maîtrisé, au sortir d’un Eurobasket 2019 qu’elles ont achevé pour la cinquième fois de suite à la deuxième place. Il s’agira donc pour les filles de Valérie Garnier de garder cette hype pendant encore une année.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *