fbpx

Il y a 3 ans, c’était Ann…

Ce soir, sur les 24 joueuses qui composent les deux équipes, une seule a déjà goûté au bonheur d’être championne. Il s’agit de Kristi Toliver, sacrée en 2016 avec les Los Angeles Sparks. Et dans cette équipe, au-delà du trio infernal Chelsea Gray/Candace Parker/Nneka Ogwumike, 2 joueuses bien connues des lecteurs de Swish Swish : Sandrine Gruda et Ann Wauters.

Le match de ce soir a évidemment une saveur particulière pour tous les Belges : il faut dire qu’1/6 de l’effectif des Mystics est noir/jaune/rouge 🇧🇪 Si Emma et Kim gagent ce soir, ce sera une première pour les Washington Mystics… mais pas pour le basket féminin belge. Et oui, dans ce beau paysage, il y a la seule, l’immense, la talentueuse Ann Wauters !

Draftée en 2000 par les Cleveland Rockers, elle y a joué 3 saisons. En 2004 et 2007, elle a évolué au sein des New York Liberty. En 2008 et 2009, elle était aux côtés de Becky Hammon chez les San Antonio Silver Stars. En 2012, juste après avoir donné naissance à son fils, Vince, elle repartait pour un tour avec les Seattle Storm. Et enfin, une ultime saison, en 2016, avec les Sparks. Plutôt un choix inspiré pour Ann qui a ainsi pu ajouter à son incroyable collection de trophées une bague de championne WNBA.

Quand on parle titre WNBA en Belgique, vous l’aurez compris, tous les regards se tournent vers Ann Wauters. Cette dernière a donc fait le voyage pour assister au Game 4, perdu sur le fil par les Mystics. Accompagnée dans son périple par la présentatrice radio Linde Merckpoel, les 2 bekende Vlamingen (Flamandes connues en traduction littérale) ont ainsi pu rencontrer Emma et Kim à la fin de la rencontre. Elles seront encore présentes ce soir pour, on l’espère, assister au sacre des Mystics.

A l’heure où le League Pass est totalement démocratisé, où les médias traditionnels commencent enfin à jeter un oeil intéressé à la WNBA (mais seulement quand les Belges/Français gagnent 😆), où les réseaux sociaux permettent de suivre les saisons presqu’au coeur de l’action, rappelons-nous juste toutes celles qui ont balisé ce chemin. D’Isabelle Fijalkowski pour la France à Ann Wauters pour le plat pays, le basket féminin doit énormément à ces pionnières. Une victoire de la jeune génération ce soir, ce sera aussi un peu la leur. C’était jute bon de le rappeler…



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *