Au-delà de la salle de musculation

Source : Beyond the Weight Room


Un récit familier a refait surface ces dernières semaines autour des disparités dans le sport féminin. En tant qu’ancienne PDG ayant passé plus de trois décennies dans le monde de l’entreprise et dirigeant aujourd’hui la WNBA, je peux affirmer avec aplomb qu’il ne s’agit pas seulement d’une salle de musculation. Il s’agit de ce que la situation de la salle de musculation représente, à savoir les problèmes profondément enracinés dans la société et les entreprises autour du manque d’équité pour les femmes et de leur dévalorisation. J’ai eu la chance de travailler dans une entreprise qui, au début de ma carrière, dans les années 1990, a reconnu la valeur des femmes dans la main-d’œuvre. Non pas parce que c’était à la mode de le faire mais parce que c’était une question de leadership dans la guerre des talents et que c’était un impératif commercial.

Aujourd’hui, dans ma deuxième carrière en tant que commissaire de la WNBA, je vois clairement les disparités dans le sport – mais pourquoi ? Faut-il se demander si la diversité, l’équité et l’inclusion sont vraiment un impératif commercial ? De nombreuses études confirment que la diversité des sexes au sein du management en place permet d’augmenter la productivité, de favoriser l’innovation et d’accroître la rentabilité. C’est pourquoi je suis d’autant plus perplexe que les écarts actuels en matière de droits médiatiques, le sous-investissement et le manque de marketing dans les sports féminins sont généralement acceptés par l’écosystème sportif. De plus, ce déséquilibre repose sur une logique circulaire. Les sociétés de médias et les agences qui conseillent les entreprises en matière de sponsoring affirment qu’il n’y a pas assez de “regards” sur le sport féminin. Mais si ces sociétés ne s’engagent pas pour donner de la visibilité au sport, comment pouvons-nous progresser ? Une solution pour réduire les disparités est de transformer les modèles d’évaluation actuels qui sont basés sur des feuilles de calcul, sur des mesures quantitatives vieilles de plusieurs décennies et qui donnent rarement une réponse favorable aux femmes.

Ce n’est pas un secret que moins de 5% de la couverture médiatique couvre les sports féminins et qu’un pourcentage encore plus faible des dépenses des entreprises est consacré au soutien des sports féminins. Nous avons d’excellents partenaires qui soutiennent la WNBA, comme ESPN, AT&T, Deloitte et Nike. Ces partenaires sont conscients de l’intérêt de soutenir ces athlètes d’élite qui sont des mères actives, des entrepreneurs, des personnalités de la radio et de la télévision, des militantes sociales et des modèles importants dans leur quête pour devenir la prochaine génération de dirigeantes d’entreprise, communautaires et sportives.

Et en parlant d’athlètes d’élite de la WNBA, notre saison 2020 a connu une augmentation de 68 % du nombre moyen de téléspectateurs, avec d’innombrables performances historiques sur le terrain – comme Sue Bird, qui a établi des records en playoffs pour sa 17e année, des stars plus jeunes comme A’ja Wilson, MVP de la ligue, et Breanna Stewart, MVP des Finals, qui ont connu des saisons exceptionnelles, menant leurs deux équipes en finale en 2020. Pendant ce temps, des rookies comme Chennedy Carter, Satou Sabally, Sabrina Ionescu, la rookie de l’année Crystal Dangerfield et d’autres ont fourni des aperçus alléchants de ce qui est à venir. Si vous ne connaissez pas certains de ces noms, regardez-les lorsqu’ils sont à la télévision et sur le web, suivez-les sur les plateformes sociales.

Notre succès d’audience de l’année dernière démontre que lorsque les sports féminins bénéficient d’un forum et d’une promotion appropriés, ils peuvent être bénéfiques pour les affaires et offrir un retour sur investissement (ROI). Mais nous avons besoin de plus de médias sportifs grand public pour montrer les compétitions auxquelles participent ces incroyables athlètes – et peut-être plus important encore, pour raconter leur histoire. Et nous avons également besoin de plus d’entreprises qui s’associent aux joueuses, à la ligue et à nos équipes. Dans cette optique, les agences et le reste de l’écosystème sportif devraient changer la façon dont ils valorisent les actifs sportifs féminins car les joueuses de la WNBA méritent le temps, l’analyse, les ressources, la couverture et le respect.

Le sport n’est qu’un des nombreux secteurs, marchés et forums où nous devons promouvoir une représentation plus équitable. C’est bien de commencer par compter le nombre d’haltères mais nous devons rapidement passer à l’évaluation des choses qui comptent vraiment : le nombre d’athlètes féminines sponsorisées par une entreprise, les sommes dépensées pour promouvoir le sport féminin et l’ampleur et la profondeur de la couverture consacrée au sport féminin. Parce qu’au bout du compte ? Nous comptons sur vous.

Cathy Engelbert est l’ancienne PDG de Deloitte et l’actuelle commissaire de la WNBA.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *